Le futur de Notes

Après Musique il y a quelques jours, ce fut au tour de Notes d’avoir droit à un billet de blog sur le futur de l’application.

Allan Day commence par y rappeler qu’il s’agit d’une application de prise de notes simple et efficace, qui possède les caractéristiques de base attendues pour une telle application : mise en forme, recherche, corbeille, et organisation possible des notes dans des carnets séparés. Il rappelle ensuite l’existence de fonctionnalités parfois méconnues, comme l’import possible depuis Gnote ou Tomboy; ou l’intégration avec ownCloud et notes (fourni par Evolution).

En ce qui concerne les nouveautés à venir, GNOME misant de plus en plus sur l’informatique en nuage, le nombre de services gérés (Google, Microsoft Exchange, peut-être également IMAP…) devrait augmenter. Il est également possible que le stockage distant puisse devenir le choix par défaut. Utilisée pour la première fois, l’application pourrait dès lors vous demander quel service vous souhaitez utiliser. Tout comme il est également prévu de pouvoir migrer vos notes d’un service à l’autre.

Amélioration des affichages grille et liste

Affichage en grille

Dans le but d’offrir un meilleur aperçu des différentes notes et de rendre la recherche plus rapide et efficace, il est prévu d’afficher plus de contenu pour chaque note dans l’affichage en grille, ainsi que de classer les notes par date.

Affichage en liste

L’affichage en liste a également été revu, le rendant plus propre, plus attrayant et plus facile à lire.

Meilleure édition

Beaucoup de travail a été fait sur la visualisation et l’édition des notes. En mode édition, les différentes options de formatage qui apparaissent actuellement superposées sur le texte posant problème, elles ont été remplacées par une barre qui apparaît désormais au bas de l’écran quand l’utilisateur sélectionne du texte, et disparaît quand elle n’est plus nécessaire.

Le nouveau mode d’édition

La visualisation des notes devait également utiliser un modèle de largeur fixe, des titres plus grands, et faire une meilleure utilisation de la typographie.

Maintenant, même si ça va dans le bon sens, on aurait aimé voir apparaître plus de nouveautés, comme la possibilité de transformer une liste ordinaire en check-list, de pouvoir enrichir une note à l’aide d’une photo, d’une vidéo, d’une URL ou d’un plan. Sans oublier les interactions possibles avec d’autres applications, comme le fait de pouvoir enregistrer l’adresse d’un site dans une note directement depuis le navigateur, ou une adresse depuis Cartes.

Présentation d’une nouvelle application, GNOME to Do

La fenêtre principale de GNOME to Do 3.17.2

Georges Basile Stavracas Neto, qui est également développeur sur Agenda et Fichiers, vient d’annoncer la création d’une nouvelle application pour la gestion de tâches et l’organisation personnelle, GNOME to Do. Toujours dans sa phase de développement initiale, la première version stable devrait être disponible en même temps que GNOME 3.18.

L’application a pour objectif de respecter les bonnes pratiques pour l’IHM de GNOME, de bien s’intégrer dans l’environnement, d’être simple et facile à utiliser, de supporter les comptes en ligne, et bien évidemment, d’implémenter les différentes fonctionnalités attendues (notes, dates limites, priorités…)

GNOME to Do supporte d’ores et déjà plusieurs listes de tâches, l’intégration avec les comptes en ligne, et les listes de tâches peuvent utiliser différentes couleurs.

Listes de tâches utilisant différentes couleurs, stockées localement ou en ligne

La liste des tâches utilise un jeu de couleurs sombres, et les tâches déjà effectuées sont cachées par défaut, évitant ainsi d’être distrait par ces dernières, à moins de prendre la peine de les chercher. Les tâches prennent en charge les notes, les dates limites et les priorités.

La création d’une nouvelle liste de tâches se veut très simple et intuitive. Pour le stockage (local ou distant), l’emplacement défini lors de la configuration initiale est utilisé par défaut, mais l’utilisateur peut facilement changer lors de la création d’une nouvelle liste de tâches.

Ajout de notes

Le futur de Musique

Allan Day, membre de l’équipe de design de GNOME, a récemment publié un billet de blog sur le futur de Musique. On devrait tout d’abord avoir droit à une nouvelle interface de file d’attente de lecture, qui permettra de mélanger ou répéter les morceaux de cette liste, et uniquement celle-ci, évitant ainsi de laisser accidentellement la fonction mélanger sur l’ensemble de l’application.

Le nouveau système de file d’attente de Musique

Autre nouveauté importante, la mise en place de nouvelles listes de lecture intelligentes, plus dynamiques, qui devront mieux refléter la collection de l’utilisateur et ses habitudes d’écoute. Par exemple, si l’utilisateur possède de nombreux albums de jazz, l’application devra offrir des listes de lecture orientées jazz. Et après un certain temps d’utilisation, elle devra pouvoir offrir des listes rétrospectives concernant les artistes préférés de l’utilisateur sur le mois ou l’année écoulée.

Allan aborde également la possibilité d’importer les CD audio de l’utilisateur (extraction et encodage), pour les ajouter à sa collection.

Et bien qu’il termine sur la liste des bugs à corriger en priorité pour GNOME 3.18, il n’évoque pas la problématique causée par l’utilisation de Tracker rapportée par de nombreux développeurs, utilisateurs et autres blogueurs.

Sortie de BleachBit 1.8

BleachBit 1.8

BleachBit est une application permettant d’optimiser le fonctionnement d’un ordinateur et de protéger la vie privée de ses utilisateurs. Il supprime les fichiers et les enregistrements inutiles des nombreuses applications supportées, ce qui permet à l’ordinateur de fonctionner plus rapidement et de libérer de l’espace sur le disque dur.

Similaire à CCleaner, il a l’avantage d’être libre et de fonctionner également sous GNU/Linux ;)

Pour les nouveautés relatives à notre système, nous noterons :

  • Prise en charge du nettoyage des mots de passe pour le navigateur Opera
  • Ajout de descriptions pour de nombreuses options de nettoyage
  • Ajout d’une nouvelle option –debug-log en ligne de commande, qui permet d’enregistrer les messages de débogage dans un fichier
  • Ajout d’une nouvelle option « Confirmer avant de supprimer » dans les préférences, qui permet de désactiver la confirmation
  • Quand BleachBit démarre, la fenêtre est désormais centrée
  • L’outil « Effacer le paramétrage et quitter » du menu Fichier a été corrigé
  • Suppression des avertissements GTK+ dans le terminal
  • Ajout sur liste blanche de /tmp/fsa pour FSArchiver
  • Remplacement des localisations du système de nettoyage codées en dur par des entrées CleanerML

Et pour celles relatives à la version Windows, je vous invite à consulter les notes de version :)

Sortie de DevedeNG 4.0

DevedeNG 4.0

DevedeNG est une application permettant de créer des DVD Vidéo, des Vidéo CD, des Super Vidéo CD, des Vidéo disque chinois, ainsi que des DivX et des fichiers Matroska compatibles avec les lecteurs domestiques.

Cette version 4.0 est une réécriture complète de l’application en Python 3 et GTK+ 3, qui inclut les nouveautés suivantes :

  • Permet de choisir entre Brasero ou K3B pour la gravure des disques
  • Permet de choisir entre VLC ou MPlayer pour la prévisualisation
  • Prise en charge des fichiers Matroska avec une piste vidéo H.264 et une piste audio MP3
  • La création des menus est désormais interactive
  • Meilleure gestion des systèmes multi-cœurs en parallélisant la conversion de plusieurs vidéos
  • L’ajout simultané de plusieurs fichiers est désormais possible, de même que la modification des propriétés de plusieurs fichiers simultanément
  • Prise en charge des conversions en deux passes
  • Permet de choisir la couleur du sous-titrage
  • Permet de choisir entre des pistes audio MP2 ou AC3 pour les menus
  • Montre la durée de chaque titre
  • Permet de modifier un titre en double cliquant dessus
  • Les flux audio et vidéos sont désormais placés dans le bon ordre
  • Ajout du débit binaire (bitrate) maximum pour chaque format
  • Prise en charge de ffprobe et avprobe pour l’obtention d’informations sur les vidéos
  • Prise en charge de MPV comme lecteur vidéo

Sortie de Youtube-dlG 0.3.8

Youtube-dlG 0.3.8

Youtube-dlG est une interface graphique à l’application youtube-dl, qui permettra aux réfractaires à la ligne de commande de pouvoir télécharger des vidéos (ou seulement les pistes audio) chez les principaux hébergeurs de vidéos et autres services de streaming.

Malgré son nom, Youtube-dlG ne se limite pas à YouTube, mais supporte également Dailymotion, Vimeo… et plusieurs centaines d’autres sites.

Les nombreuses options de Youtube-dlG

Les nombreuses options permettent de choisir le format vidéo de sortie (codec, résolution…), si vous souhaitez ou non ne garder que la piste audio, le niveau de qualité et si la piste doit être convertie (MP3, Wave, AAC, M4A, Vorbis…). Vous pouvez également télécharger les sous-titres et les inclure dans le conteneur de la vidéo. Et puisque vous pouvez lancer de nombreux téléchargements simultanés, vous pouvez également demander l’extinction de votre machine une fois toutes les tâches accomplies.

Sortie de Lollypop 0.9.32

L’intégration de TuneIn dans Lollypop 0.9.32

Une nouvelle version majeure de notre lecteur de musique favori vient de sortir, qui apporte un certain nombre de nouveautés intéressantes :

  • Prise en charge de Last.fm
  • Prise en charge de TuneIn pour pouvoir parcourir et ajouter plus facilement podcasts et radios
  • Téléchargement automatique des pochettes de disque manquantes
  • Listes de lecture Coups de cœur, les plus jouées, jouées récemment, jamais jouées…
  • Nouveau composant pour les listes de lecture
  • Prévisualisation du morceau suivant dans les modes soirée, aléatoire et plein écran
  • Ajout d’une vue pour les morceaux chargés depuis l’extérieur (par exemple, depuis le gestionnaire de fichiers), lorsque l’on clique sur le titre
  • Prise en charge des écrans HiDPI
  • Affichage d’une lettre lorsque l’on fait défiler une liste trop grande, comme sous Android
  • Installation des codecs manquants par le biais de PackageKit
  • Nouvelle icône symbolique
  • Réécriture du code de synchronisation avec les périphériques compatibles MTP
  • Sans oublier les nombreuses corrections de bugs ;)

La prochaine version devrait normalement être la 1.0; étape symbolique dans la vie d’un projet :)

Par contre, comme indiqué dans sa récente interview, sachant que les nouveautés devraient être bien moins nombreuses à l’avenir, je serais curieux de savoir s’il compte en profiter pour se lancer dans un nouveau projet…

Interview de Cédric Bellegarde, développeur de Lollypop

Régulièrement, lors des sorties de nouvelles versions de GNOME ou KDE (voir de tout autre environnement de bureau), des utilisateurs des différentes communautés se lancent dans des flamewars pour mettre en avant leurs propres choix et dénigrer ceux de l’adversaire. Pour les personnes ne s’intéressant pas particulièrement à la technique, il est parfois difficile de faire la part du vrai, et j’ai donc trouvé intéressant d’interroger Cédric à ce sujet, qui connaît bien ces deux environnements pour avoir développé sur l’un et l’autre.

Et nous en profiterons bien évidemment pour en savoir plus sur l’avenir de Lollypop, dont la dernière version de cet excellent lecteur de musique vient tout juste de sortir.

Peux-tu te présenter brièvement, ainsi que ton parcours ?

Alors, Cédric Bellegarde, je vis dans l’Anjou, j’ai une formation niveau DUT très orientée développement. Malgré cela, ma seule expérience professionnelle dans ce domaine est mon stage de fin d’études chez Aliacom sur le logiciel OBM (chez Linagora aujourd’hui). Je me suis ensuite orienté dans l’administration système et réseau dans le milieu universitaire.

Dans le domaine du libre, j’ai dès 2003/2004 rencontré la communauté Mandrake française en contribuant à quelques paquets pour la distribution. Par la suite, de 2006 à 2007, je contribue activement au projet Compiz et Compiz-Fusion sur la gestion des fenêtres en particulier. En 2007, première expérience avec Python+GTK avec un client MPD (sources, capture d’écran).

Fin 2008, je migre sous KDE4,  je contribue à différents projets : rekonq, oxygen-gtk, kdepim… En 2013, un projet attire mon attention, se baser sur le travail de Canonical pour déporter la barre de menu de manière native sous KDE. Je me lance donc dans kded-appmenu et contribue directement à Kwin.

Par la suite, je me rends compte que j’ai de plus en plus de mal avec le bureau de KDE et certaines applications qui sont bien trop complexes, mais GNOME 3 ne me donne pas du tout satisfaction.

Il faudra attendre la sortie de GNOME 3.12 pour que je sois conquis et commence à imaginer le lecteur  de musique de mes rêves.

Au vu du grand nombre de lecteurs audio sous Linux, qu’est-ce qui t’a poussé à te lancer dans le développement d’un tout nouveau projet ?

J’ai d’abord utilisé Musique avec plus ou moins de succès, mais il était très lent, trop lent…  Après avoir étudié le code de ce dernier et trouvé le goulot d’étranglement (tracker), j’ai migré temporairement sous Clementine et commencé à développer Lollypop en reprenant les concepts de base de GNOME Musique.

Concevoir une bonne interface, agréable à utiliser et bien pensée, est une tâche difficile. Quelles difficultés as-tu rencontré, et est-ce que les GNOME Human Interface Guidelines t’ont été utiles, durant ce processus ?

C’est en parti ces règles qui m’ont fait passer sous GNOME. J’aime beaucoup le « look & feel » des applications GNOME et j’ai construit Lollypop autour de ces principes, qui sont assez proche de ce que fait Apple sur certains points, mais avec une contrainte en plus : pas de menu global à l’application. Je trouve aussi que les nouveautés de GTK+ sont vraiment les bienvenues après de nombreuses années de stagnation et permettent d’explorer de nouvelles façons de concevoir une application.

Quelle distribution utilises-tu, et quels sont tes outils de développement ?

Je développe principalement sous Fedora et Debian/Ubuntu. Comme outils, simplement Gedit/Devhelp et Glade.

As-tu suivi le développement de Builder, l’IDE pensé pour faciliter le développement d’applications GNOME ? Penses-tu que ça aille dans le bon sens, et envisages-tu de l’utiliser, à terme ?

Oui, cela va dans le bon sens, mais je trouve dommage que cette étape arrive avant la mise à niveau de Glade qui ne gère pas du tout les nouveautés de GTK+.

J’ai lu sur LinuxFR que tu étais auparavant sous KDE. En tant que développeur, le changement de technologies fut-il aisé ?

Oui, les principes sont les mêmes… Python/GTK+ ou C++/Qt, c’est relativement la même chose, même si Python permet vraiment de développer plus rapidement que C++. Par contre, j’ai trouvé plus de réponses à mes questions sur le web lors du développement de Lollypop que pour mon travail sur KDE…

On reproche souvent à GNOME et ses différentes technologies (Gtk+, GStreamer…), d’être moins bien documentés que certains « concurrents ». La situation est-elle réellement si mauvaise ?

La documentation de GTK+ est toujours moins bonne que celle de Qt, mais les moyens ne sont pas les mêmes. De plus, la documentation des bindings est bien meilleure côté GTK+. C’est surtout la documentation de KDE qui n’est pas au niveau ni de Qt ni de GTK+/GNOME.

Un autre reproche qui revient régulièrement, est de devoir faire de l’orienté objet avec du C. GNOME offrant la possibilité d’utiliser le langage de son choix, en tant que développeur Python d’une application utilisateur, en as-tu souffert ? Est-ce que ça t’a contraint à adapter ta façon de développer ?

Effectivement, je n’aime pas du tout le couple C/Gobject mais cela permet à GNOME d’offrir des bindings à jour pour de nombreux langages via Gobject Introspection, ce qui n’est pas le cas sous KDE. De plus, entre Vala et Python, je pense que personne n’a besoin de faire de l’orienté objet avec du C pour faire une application GNOME.

De toutes les possibilités offertes par la plate-forme GNOME, qu’est-ce qui t’a le plus plu ?

GtkHeaderBar (la barre d’en-tête, ndr) sans hésiter. Une grande avancée. Depuis le temps que je voulais voir une nouvelle façon de faire des applications sous GNU/Linux. C’est la suite logique de mon travail sur KDE. Je ne supporte pas les barres de menus. GNOME a réussi à les reléguer au second rang. Côté KDE, ils veulent faire à terme communiquer le gestionnaire de fenêtres avec l’application, mais du point de vu du développeur cela n’offrira jamais la flexibilité de GtkHeaderBar.

Quels conseils donnerais-tu à un développeur GNOME débutant, qui souhaiterait se lancer dans le développement d’une nouvelle application ?

Commencer par contribuer à un outil existant afin de mieux se familiariser avec l’environnement. Je n’ai pas un énorme niveau en programmation et j’ai beaucoup appris des mes contributions à Compiz et KDE. Il ne faut pas croire qu’il faut être ingénieur pour faire ce boulot. On est sur du haut niveau, je n’aurai pas la prétention de savoir coder Lollypop en C sans GStreamer :)

J’ai cru comprendre que tu t’occupais toi-même de la création de paquets pour Arch, Fedora, Ubuntu… N’est-ce pas trop pénible, quand on sort régulièrement de nouvelles versions ? Pourquoi ne pas avoir délégué cette tâche ?

Une fois Lollypop intégré dans les distributions, je ne ferais plus les paquets… Sauf si j’ai toujours le temps de fournir la dernière version.

D’avoir aujourd’hui autant de distributions et d’environnements de bureau (GNOME, Pantheon, Unity…), rend-il les tests qualité plus nombreux et difficiles ?

Oui pour Unity, car Canonical rejette les paradigmes de GNOME (la barre d’en-tête en particulier). Pour le reste, cela ne change rien, ils sont tous compatibles avec GNOME.

GNOME et Red Hat ont commencé à travailler sur le support des applications sandboxées. L’un des avantages étant de pouvoir permettre à des développeurs tiers de fournir un paquet unique qui tournerait partout, sans avoir à se soucier de la distribution ou de la version de GNOME utilisées par l’utilisateur. En tant que développeur et responsable de paquets, qu’en penses-tu ?

Que c’est une très bonne chose, car il est effectivement chiant de faire des paquets pour toutes les distributions. Reste à voir si la mayonnaise prend, mais d’un point de vue technique ça me semble bien pensé.

Trop d’options et de fonctionnalités rendent souvent les interfaces plus chargées et les applications plus difficiles à prendre en main. Penses-tu être proche de cette limite, ou as-tu encore de nombreuses idées à implémenter ?

Avec la 0.9.30 qui sort demain (à l’heure où je réponds à cette question), j’ai fais le tour, c’est la dernière version avec de nouvelles fonctionnalités avant la 1.0. Après, je rajouterai des fonctions si les propositions me semblent pertinentes.

Un grand merci à Cédric d’avoir bien voulu prendre le temps de répondre à mes quelques questions ;)