Sortie de NetworkManager 1.12

Une nouvelle version de NetworkManager, cet outil de gestion du réseau qui simplifie grandement la vie, vient de sortir.

Nous avons droit à des améliorations concernant la fonction de Point de contrôle / Restauration. Cette dernière permet à l’utilisateur de définir un point de contrôle quand tout fonctionne bien, avant d’effectuer ses modifications, potentiellement dangereuses, puis de déclarer si tout s’est bien passé.

Le point de contrôle est essentiellement l’instantané d’une configuration réseau active accompagné d’une minuterie. Si les modifications provoquent une panne du réseau, le délai expire avant que l’utilisateur ne puisse confirmer le bon fonctionnement de ses changements, ce qui devrait annuler les modifications et rétablir la connectivité.

Fonctionnalité qui devrait vous éviter bien des sueurs froides en cas d’intervention sur la configuration réseau d’une machine distante.

Au niveau du Wi-Fi, nous pouvons citer la prise en charge de FILS, WoWLAN et IWD

Traditionnellement, l’association d’un client Wi-Fi à un point d’accès est un processus compliqué qui peut facilement prendre plusieurs secondes. Ce n’est pas vraiment un problème tant qu’on reste dans le rayon d’action du point d’accès, mais dès qu’il y a de la mobilité et qu’on doit passer de point d’accès en point d’accès, ça peut rapidement devenir désagréable. Surtout si vous êtes en pleine vidéoconférence et que vous avez régulièrement des pertes de connexion. L’objectif de FILS étant, vous l’aurez compris, de drastiquement réduire le temps nécessaire pour établir l’association.

Vient ensuite le Wake on WLAN (ou plus simplement WoWLAN), qui permet à un appareil équipé de Wi-Fi d’être mis sous tension lors de la réception d’un paquet réseau spécialement conçu à cet effet.

Et pour finir, IWD (iNet Wireless Daemon). Il s’agit d’un démon développé par Intel, qui gère les différents mécanismes de sécurité des réseaux sans fil et permet de s’authentifier auprès du point d’accès. C’est un équivalent à WPA supplicant, qui se veut bien plus optimisé et efficace que ce dernier. Une fois la parité fonctionnelle atteinte, il devrait devenir le nouveau choix par défaut de NetworkManager.

Extensions autour du réseau

Voici une courte liste d’extensions permettant d’afficher des informations ou de mieux gérer votre réseau.

Disconnect Wifi

Ajoute une option dans le menu système permettant de se déconnecter du Wi-Fi. En cas de déconnexion, affiche une option pour se reconnecter.

IP Finder

IP Finder 2.0

Affiche votre adresse IP publique et certaines informations associées (nom d’hôte, pays, AS block…) qui peuvent être utiles en cas d’utilisation d’un VPN.

Vous pouvez choisir où afficher les informations (gauche, centre, droite) et opter pour n’afficher que le drapeau du pays auquel est rattachée votre adresse.

Proxy Switcher

Permet de basculer rapidement entre les différents proxy que vous auriez configurés dans les paramètres réseau.

Simple Net Speed

Affiche la vitesse de votre connexion. Un clique gauche permet de basculer entre les différents modes :

  • vitesse totale en bits
  • vitesse totale en bytes
  • vitesse montante et descendante en bits
  • vitesse montante et descendante en bytes
  • Téléchargement total en bytes (un clique droit permet de réinitialiser le compteur)

GNOME pourra bientôt accéder aux données GPS de votre mobile

De plus en plus d’applications (Cartes, Météo…) ont besoin de connaître la localisation précise de l’utilisateur, dans le but de lui faciliter la vie en fournissant directement les données de l’endroit où il se trouve. Pour se faire, GNOME utilise le service GeoClue, qui peut utiliser plusieurs sources plus ou moins précises : GPS, Wi-Fi, modem 3G ou GeoIP. Malheureusement, la plupart des ordinateurs n’étant pas équipés pour pouvoir fournir des données fiables, la localisation se fait généralement à partir de l’adresse IP, dont la précision ne dépasse guère les dizaines de kilomètres (contre quelques mètres pour le GPS).

Dans le même temps, de nos jours, la plupart des gens possèdent un smartphone équipé d’un récepteur GPS. Ankit, étudiant indien à l’Institut national de technologie de Srinagar, a ainsi pour projet de travailler durant le Google Summer of Code 2015 sur une application Android (la version iOS viendra par la suite) qui agira comme un serveur de localisation pour le service GeoClue, et dont la découverte sur le réseau pourra s’effectuer depuis des clients mDNS tels que Avahi ou Bonjour. Tout se fera bien évidemment automatiquement, et l’utilisateur n’aura pas besoin de s’en préoccuper.

Maquette d’application Android

Comme on peut le voir sur les maquettes, l’utilisateur pourra choisir ou non de partager sa localisation avec d’autres périphériques, et la liaison pourra s’effectuer quant à elle par Wi-Fi, Bluetooth ou USB.

Ceux qui s’intéressent à la technique pourront lire le billet de blog d’Ankit, mais en gros, l’application Android utilisera les ServerSocket pour communiquer avec GeoClue. Et à chaque fois qu’Android obtiendra un nouvel emplacement par le biais de LocationListener, il transmettra les données de localisation à GeoClue sous forme d’une phrase NMEA, que ce dernier convertira ensuite sous forme de localisation GPS.

Et pour terminer sur les questions de vie privée, non seulement personne ne sera obligé d’installer une telle application sur son smartphone, mais le partage sera en opt in, et nécessitera donc l’accord de l’utilisateur. Tout comme c’est finalement déjà le cas dans les paramètres de confidentialité de GNOME.