Sortie de GNOME 3.25.3

GNOME 3.25.3, la troisième version de développement qui mènera au futur GNOME 3.26, vient de sortir. Et cette fois-ci, les nouveautés visibles par l’utilisateur sont un peu plus nombreuses :

  • Mutter intègre diverses améliorations concernant l’affichage et la gestion des écrans HiDPI (mais toujours pas de mise à l’échelle fractionnée)
  • Un certain nombre de projets ont été convertis au système de construction Meson
  • GJS intègre différents correctifs pour l’intégration à venir de SpiderMonkey 52 (ce dernier étant utilisé aussi bien par l’interface de GNOME que par les extensions)
  • Machines prend désormais en charge les dossiers partagés et offre la possibilité d’effectuer des captures d’écran
  • Le Centre de contrôle a droit à diverses améliorations (réorganisation de la configuration réseau, possibilité d’annuler la suppression d’une imprimante, prise en compte des données EXIF pour l’orientation des images en arrière plan…)
  • Agenda prend désormais en charge les événements récurrents
  • L’outil de configuration initiale offre désormais la possibilité de configurer les connexions réseau et prend également en charge un fichier de configuration externe, permettant ainsi aux distributions et autres fabricants de PC de pouvoir apporter leur propre personnalisation
  • Cartes intègre de nouveaux raccourcis clavier (possibilité de basculer entre les différentes vues, chargement d’une couche cartographique…), ajoute la prise en charge de nouveaux tags OpenStreetMap (informations sur les religions, disponibilité des toilettes…) et mémorise le dernier mode de déplacement utilisé
  • Le service Todoist est ajouté aux Comptes en ligne (ce dernier pouvant servir à des applications comme Recipes ou To Do)
  • Photos permet désormais de zoomer sur une image
  • L’outil de numérisation Simple Scan intègre diverses améliorations au niveau de l’interface utilisateur concernant les préférences et prend désormais en charge le format WebP (compression avec pertes)
  • L’Outil de personnalisation a droit à un certain nombre d’améliorations au niveau de son interface et intègre de nouvelles options, telles que la possibilité de désactiver le pavé tactile lors de la saisie, de permettre l’affichage du niveau de charge de la batterie dans la barre supérieure ou de pouvoir choisir l’emplacement des boutons de la barre de titre. À l’avenir, l’installation ou la suppression d’extensions se fera par contre depuis Logiciels, qui pourra désormais être lancé depuis l’onglet Extensions de l’application.

Sans oublier, bien évidemment, les innombrables corrections de bugs et autres mises à jour de traductions.

Pour plus de détails, vous pouvez consulter l’annonce officielle de Matthias Clasen.

De nouvelles options à venir dans l’Outil de personnalisation

Jeremy Bicha vient d’annoncer dans un billet de blog la publication de la première version de développement (3.25.2) du futur Outil de personnalisation 3.26.

Parmi les différentes nouveautés, nous pouvons citer une réorganisation du module dédié aux extensions. Les interrupteurs, actuellement sur la gauche, passent à droite. Par contre, il ne sera désormais plus possible d’installer ou de désinstaller des extensions directement depuis l’Outil de personnalisation, GNOME encourageant les utilisateurs à passer plutôt par Logiciels. Mais soyez rassurés, c’est la seule suppression ;-)

Outil de personnalisation 3.25.2

Autres nouveautés intéressantes, la possibilité de désactiver le pavé tactile lors de la saisie, d’afficher le niveau de charge de la batterie dans la barre supérieure ou de pouvoir enfin choisir l’emplacement des boutons de la barre de titre sans avoir à utiliser l’Éditeur dconf.

Plus anecdotique, la boîte de dialogue À propos affiche désormais le numéro de version de l’application, puisque étonnamment, seule la version de GNOME Shell y est actuellement présente, ainsi que le numéro de version de la bibliothèque GTK+. Cette dernière information pouvant être utile, maintenant que les numéros de versions de GNOME et de GTK+ sont désormais dissociés.

Plus technique, l’application a également été convertie vers la version 3 de Python, et les Autotools ont été abandonnés au profit de Meson.

Configuration des boutons de la barre de titre

Par défaut, GNOME n’affiche qu’un bouton de fermeture dans la barre de titre. Si vous souhaitez activer également les boutons minimiser et maximiser, il vous faudra passer par l’application Outil de personnalisation, vous rendre dans l’onglet Fenêtres, puis activer les boutons Maximiser et Minimiser de l’option Boutons de la barre de titre.

Configuration des boutons de la barre de titre

Pour changer l’ordre des différents boutons ou leur emplacement dans la barre de titre, par exemple, tout à gauche comme sous Ubuntu ou macOS, il vous faudra passer cette fois-ci par l’Éditeur dconf, vous rendre ensuite dans /org/gnome/desktop/wm/preferences/button-layout puis changer la valeur par close,minimize,maximize:appmenu

Modification de l’emplacement des boutons de la barre de titre

Les différentes valeurs possibles étant close pour le bouton de fermeture, minimize pour la minimisation, maximise pour la maximisation et appmenu pour le menu de l’application.

Sous GNOME, le menu de l’application est affiché par défaut dans la barre supérieure, mais vous pouvez l’afficher dans la barre de titre en passant par l’Outil de personnalisation, onglet Barre supérieure, puis en désactivant l’option Afficher le menu de l’application.

Les différentes valeurs sont séparées par des virgules. Les deux points permettent de préciser l’emplacement des boutons. Si vous indiquez les valeurs à gauche des deux points, les boutons seront affichés à gauche de la barre de titre. Et bien évidemment, à droite des deux points, ils seront affichés à droite de la barre de titre.

Exemples

close,minimize,maximize:appmenu placera les boutons fermeture, minimisation et maximisation à gauche de la barre de titre et le menu de l’application tout à droite.

appmenu:minimize,maximize,close placera le menu de l’application à gauche de la barre de titre et les boutons minimisation, maximisation et fermeture tout à droite.

Configurer votre environnement de façon plus traditionnelle

GNOME 3.22 avec l’extension Dash to Panel et des icônes sur le bureau

Dès que l’on entend parler de GNOME sur les forums, vous pouvez être certain qu’une ou plusieurs personnes vont intervenir pour signaler ô combien elles n’aiment pas son ergonomie, préférant de loin d’autres environnements plus traditionnels, disposant par exemple d’une barre des tâches et d’un menu principal.

S’ensuit ensuite une série d’arguments de mauvaise foi, comme quoi si ça ne correspond pas par défaut exactement à ce que l’on recherche et qu’il faut installer une palanquée d’extensions pour obtenir le résultat attendu (avec en général un rappel comme quoi c’était bien présent du temps de GNOME 2), c’est qu’il s’agit fatalement d’un mauvais environnement. Ou, du moins, qu’il ne répond absolument pas à leur besoin.

Maintenant, si de modifier son environnement était réellement long et fastidieux, ça pourrait se comprendre. Mais ce n’est pas le cas. En comptant large, vous verrez qu’il faut moins de cinq minutes pour obtenir un environnement plus traditionnel, et que ça n’a absolument rien de compliqué. Aucune ligne de commande, aucune édition de fichier de configuration ou autre action obscure. C’est réellement à la portée du premier venu.

Mais avant de commencer, on pourrait se poser la question de savoir pourquoi les équipes de GNOME ont fait de tels choix. L’argument qui revient le plus souvent, c’est qu’ils recherchaient un environnement simple, comportant le moins de distractions possible, pour que l’on puisse se concentrer sur ce qui compte. Personnellement, je perçois également GNOME comme une feuille blanche qui me laisse le configurer à loisir.

Chaque personne étant différente, elle possédera une vision toute aussi différente de ce que sera le bureau idéal. Certaines personnes adorent disposer de nombreuses icônes sur leur bureau, quand d’autres ont horreur de ça. Certaines personnes souhaitent disposer d’un panel au bas de l’écran, quand d’autres le préfèrent en haut. Certains préfèrent encore disposer d’un dock plutôt que d’un panel… quand d’autres font le choix de n’avoir ni l’un ni l’autre.

À partir de là, à l’inverse d’un Windows ou d’un macOS, d’un MATE ou d’un Cinnamon qui vous imposeraient leurs choix, GNOME vous laisse la possibilité d’obtenir facilement et rapidement ce qui vous convient le mieux.

Nous allons donc aujourd’hui le configurer à la manière d’un Windows ou d’un KDE Plasma, avec panel au bas de l’écran et autre menu principal, puis dans un prochain article, nous verrons qu’il est finalement tout aussi simple d’obtenir un clone de macOS ;-)

1. Dash to Panel

Prévisualisation des fenêtres quand on passe le curseur au dessus d’une icône

Cette extension va ajouter un panel au bas de l’écran, vous permettant ainsi de pouvoir basculer rapidement d’une application à l’autre ou d’accéder rapidement à vos applications favorites. Bien évidemment, l’extension dispose de nombreuses options, concernant aussi bien son style : emplacement du panel, en bas ou en haut de l’écran, la taille des icônes ou du panel, le choix des indicateurs pour distinguer les applications en cours d’utilisation (avec ou sans le focus), l’emplacement de l’horloge, la présence ou non de boutons pour voir le bureau ou accéder au mode activités, et bien d’autres encore.

2. TopIcons Plus

Cette extension permet de déplacer les icônes de notifications (Steam, Skype, votre client BitTorrent…) du tiroir de messagerie vers le panel.

3. Gno-Menu

Gno-Menu en mode liste, suivi d’une partie de ses préférences

Il existe de nombreuses extensions GNOME offrant un menu principal, mais celle-ci semble plutôt complète : accès rapide à vos applications (fréquemment utilisées, favorites, par catégories…), dossiers et autres signets. Une série de boutons permettent également un accès rapide à la mise en veille, l’extinction, le verrouillage de la session, le changement d’utilisateur. L’extension dispose bien évidemment de nombreuses options de personnalisation : panneau normal ou compact, la catégorie à afficher par défaut, le choix d’une vue en liste ou en grille, la taille des icônes, le choix du raccourci clavier… jusqu’au nom que vous préférez voir affiché pour votre menu.

Le menu respecte bien évidemment votre thème. Il s’agit sur la capture du thème Arc dans sa version claire.

4. Icônes sur le bureau

L’outil de personnalisation de GNOME

Il vous suffit de lancer l’Outil de personnalisation de GNOME, de sélectionner l’onglet Bureau, puis d’activer d’option Icônes sur le bureau. Vous pouvez également choisir quelles icônes afficher : dossier personnel, serveurs réseau, corbeille, volumes montés.

5. Boutons pour minimiser / maximiser les fenêtres

Toujours dans l’Outil de personnalisation de GNOME, onglet Fenêtres, option Boutons de la barre de titre, vous pouvez activer indépendamment les boutons minimiser et maximiser.

Et voilà, c’est fini. Comme convenu, d’activer trois extensions et trois options dans l’outil de personnalisation n’aura pas pris plus de cinq minutes.

Pour ceux qui souhaiteraient aller encore plus loin, il existe également une extension pour désactiver le coin actif (No Topleft Hot Corner), pour choisir l’emplacement des notifications (Panel OSD), obtenir un panel transparent (Dynamic Panel Transparency) ou changer de bureau virtuel à l’aide de la molette de la souris (Top Panel Workspace Scroll).

Modifier le comportement des fenêtres modales

Une boîte de dialogue modale attachée à sa fenêtre parente

Pour reprendre Wikipédia, « Une fenêtre modale est, dans une interface graphique, une fenêtre qui prend le contrôle total du clavier et de l’écran. Elle est en général associée à une question à laquelle il est impératif que l’utilisateur réponde avant de poursuivre, ou de modifier quoi que ce soit. »

Ce qui est le cas des nombreuses boîtes de dialogue sous GNOME. Dans bien des cas, le fait que la boîte de dialogue soit liée à la fenêtre parente, ne pose pas problème. Mais parfois, la question peut nécessiter une réponse qui se trouve justement dans l’une de ces fenêtres qui n’est plus accessible.

Procédure

Pour désactiver ce comportement, il vous suffit de lancer l’Outil de personnalisation, de vous rendre dans le menu Fenêtres, puis de désactiver l’option Boîtes de dialogues modales attachées.

Désactivation des fenêtres modales depuis l’Outil de personnalisation

Ou, si vous préférez la ligne de commande :

gsettings set org.gnome.shell.overrides attach-modal-dialogs false