Liste des projets acceptés pour le Google Summer of Code 2017

Google Summer of Code

Tous les ans, plutôt que de passer l’été à vendre des beignets sur la plage, Google permet à des étudiants de travailler sur des projets libres. Le fameux Google Summer of Code.

Cette année, 20 projets GNOME ont été acceptés :

  • Agenda : ajout de la prise en charge des tâches récurrentes.
  • Builder : trois étudiants travailleront sur l’environnement de développement du projet GNOME. Le premier sera en charge d’implémenter la navigation dans le code et de pouvoir effectuer des recherches globales de symboles. Un deuxième étudiant sera en charge de proposer de la documentation lors de l’écriture de code ou en cliquant sur une portion de code. Quant au dernier étudiant, il aura pour objectif d’améliorer le complètement automatique dans le but d’obtenir un fonctionnement plus proche de celui de Vim, pour trouver une correspondance après le mot ou le curseur.
  • Comptes en ligne : amélioration de la prise en charge de Nextcloud en proposant une liste d’hébergeurs si l’utilisateur ne dispose pas déjà de son propre compte. Amélioration de l’intégration au sein de Fichiers en ajoutant des options dans le menu contextuel ou en modifiant les icônes.
  • Disques : implémentation du redimensionnement et de la réparation des systèmes de fichiers.
  • Fichiers : réécriture de la gestion des entrées-sorties pour de meilleures performances. Amélioration de la recherche en utilisant toutes les possibilités offertes par Tracker, ce qui devrait offrir de nouveaux critères de recherche.
  • GJS : réécriture de certaines parties en Rust dans le but de réduire ou d’éliminer les fuites de mémoire et d’augmenter la sécurité.
  • GNOME Keysign : implémentation du transfert de clés par Bluetooth.
  • GNOME Shell : ajout de nouvelles fonctionnalités utiles et peaufinage de l’interface.
  • Jeux : possibilité de configurer clavier et manettes de jeu depuis l’application, ainsi que la prise en charge complète de la Nintendo DS et des différentes fonctionnalités inhérentes à cette console : double écran tactiles, fermeture de la console pour résoudre certains puzzles, rotation de l’écran…
  • Journaux : amélioration de la recherche, possibilité de filtrer les entrées redondantes ou de fournir des résultats au shell de GNOME.
  • Pitivi : mise en place d’un système de greffons et développement de plusieurs greffons qui seront fournis par défaut : console du développeur, marqueurs de la piste de montage et transitions automatiques. Ajout d’une interface utilisateur pour créer facilement un effet Ken Burns. Ajout d’une interface de correction de couleur utilisant trois roues chromatiques pour les ombres, les tons foncés et les tons clairs.
  • Mutter : suppression de la dépendance obligatoire à X11 pour les sessions Wayland.
  • Recettes : implémentation du partage de la liste de commissions vers l’application mobile Todoist.
  • To Do : implémentation de la prise en charge de Todoist.

Notez qu’il ne s’agit que de la liste des projets qui ont été acceptés. Il n’y a aucune garantie sur le fait que les étudiants pourront mener leur projet à terme, et que la qualité du travail soit suffisamment bonne pour qu’il soit un inclus dans les différentes applications.

Rien ne dit que nous retrouverons donc toutes ces fonctionnalités dans la prochaine version de GNOME.

Sortie de GNOME App Folders Manager 0.3.2

Le 11 avril, Microsoft sortait la Creators Update, troisième grosse mise à jour de Windows 10. Parmi les nombreuses nouveautés, les utilisateurs du système étaient sans doute heureux d’apprendre que le menu démarrer proposait enfin les dossiers d’applications, au fonctionnement identique aux autres systèmes : on glisse une vignette sur une autre pour créer un dossier, dont on peut personnaliser le nom. Simple et efficace.

Le dossier d’applications contenant les utilitaires dans GNOME 3.24

Quel rapport avec GNOME ? Depuis de nombreuses années, notre environnement gère également les dossiers d’applications, mais leur création et leur gestion relève toujours autant du parcours du combattant. Pour commencer, on ne peut rien faire depuis la vue d’ensemble des activités. La majorité des utilisateurs ignorent donc jusqu’à l’existence d’une telle fonctionnalité, qui s’avère tout sauf intuitive.

La méthode officielle étant de passer par Logiciels, de cliquer sur la vue Installées, d’activer le mode sélection, de sélectionner les applications qui nous intéressent, de cliquer sur Terminer, pour finalement créer un dossier d’applications pour y ranger notre sélection. On aurait voulu faire compliqué qu’on ne s’y serait pas pris autrement.

Ceci étant, je ne saurais dire si GNOME App Folders Manager est réellement plus simple, mais en tant qu’outil dédié, il nous montre d’emblée nos différentes catégories, nous permet d’en créer de nouvelles et d’y ajouter nos applications (ne pas oublier de sauvegarder avant de quitter l’application).

GNOME App Folders Manager 0.3.2

Au niveau des nouveautés, durant l’année écoulée l’application a eu droit à une nouvelle option permettant d’éditer les propriétés des dossiers, l’ajout de préférences pour choisir le type d’icônes affichées (petites, symboliques…) ou les fichiers desktop manquants, la prise en charge des icônes au format SVG, diverses corrections de bugs et l’ajout de traductions.

Il n’y a désormais plus qu’à espérer qu’il ne faille pas attendre encore 107 ans pour que les développeurs de GNOME proposent enfin quelque chose d’aussi simple que les systèmes concurrents.

Sortie de GNOME App Folders Manager 0.2.2

GNOME App Folders Manager 0.2.2

GNOME ne permettant malheureusement pas de créer directement des dossiers d’applications depuis la vue d’ensemble des activités pour y déplacer facilement certains programmes (ce qui peut être utile si vous souhaitez rassembler certaines applications par thèmes), il faut normalement passer par Logiciels pour gérer les dossiers et y déplacer les applications souhaitées.

Maintenant, si vous n’avez pas installé Logiciels ou que vous préférez une application dédiée pour ce genre de tâche, GNOME App Folders Manager peut être une alternative intéressante. Néanmoins, le concept reste finalement le même. Il faut encore une fois passer par un outil externe pour gérer ses dossiers d’applications…

GNOME Shell 3.20 affichant le contenu d’un dossier Applications

Liste des projets acceptés pour le Google Summer of Code 2015

Google Summer of Code 2015

Tous les ans, plutôt que de passer l’été à vendre des beignets sur la plage, Google permet à des étudiants de travailler sur des projets libres. Le fameux Google Summer of Code.

Cette année, 24 projets GNOME ont été acceptés :

  • Accessibility Toolkit : permettre à Orca (le lecteur d’écran de GNOME) de pouvoir fonctionner avec des applications écrites en Java.
  • Banshee : amélioration de l’interface et de la prise en charge d’OS X.
  • coala : développement d’une interface graphique à cet outil en ligne de commande.
  • Documents : prise en charge des collections.
  • Evolution : développement d’une extension ActiveSync.
  • Fichiers : implémentation d’une nouvelle gestion des lecteurs et du réseau, qui remplacerait les actuels menus Connexion à un serveur et Parcourir le réseau.
  • F-Spot : portage en GTK+ 3.
  • Gedit : développement d’un greffon d’analyse statique de code basé sur coala.
  • GeoClue : la plupart des ordinateurs n’ayant pas de GPS, permettre le partage de position depuis les smartphones Android (ainsi qu’iOS, si le développeur a le temps), pour une localisation plus précise.
  • Getting Things Gnome : modernisation de l’interface, nettoyage de code et utilisation des dernières technologies GNOME.
  • GNOME Keyring : le programme n’étant plus compatible avec les dernières versions de GnuPG, un nouveau mécanisme sera développé, permettant à GnuPG de rechercher directement la phrase secrète (passphrase) dans GNOME Keyring, de la demander à l’utilisateur s’il ne trouve rien, et de la sauvegarder ensuite.
  • GNOME Keysign : application qui permettra de pouvoir s’échanger des clés OpenPGP de façon simple et sécurisée. Presque prête, le développeur compte ajouter la prise en charge de l’internationalisation, puis implémenter une nouvelle méthode plus sûre, pour le transfert de fichiers.
  • GNOME Shell : lors d’une session verrouillée, bloquer le port USB quand quelqu’un tente d’y connecter un périphérique dont l’identifiant n’aurait jamais été utilisé auparavant, dans le but de renforcer la sécurité du système et l’intégrité des données de l’utilisateur.
  • GNOME Shell : ajout de nouvelles sources d’événements dans le centre de notifications : rappels pour les anniversaires, notifications météorologiques
  • GStreamer : création d’un débogueur.
  • GTK+ : implémentation d’un écran d’aide qui listerait automatiquement tous les raccourcis clavier ou gestes tactiles d’une application.
  • GTK+ : création d’un nouveau composant pour afficher une image, zoomer, pivoter…
  • Horloges : refonte de l’interface et ajout de nouvelles fonctionnalités (conversion de temps, pouvoir nommer les alarmes…).
  • Journaux : amélioration de l’interface, ajout de nouvelles fonctionnalités et création de tests unitaires.
  • Machines : amélioration de l’assistant d’installation (portage vers GtkAssistant) et de la prise en charge des type MIME. Ainsi que la correction du plus grand nombre de bugs possible.
  • Nibbles : portage en Vala et utilisation des dernières technologies GNOME.
  • Nuntius : projet d’application qui permet de faire communiquer GNOME et des smartphones Android, autorisant par exemple la réception et le fait de pouvoir répondre à des SMS ou des messages WhatsApp, directement depuis le centre de notifications.
  • Polari : possibilité d’être notifié de l’utilisation de certains mots lors d’une conversation (avec possibilité de ne pas l’être sur certains canaux), meilleure gestion des erreurs, assistant de première utilisation et prise en charge des sites de partage de textes.

Notez qu’il ne s’agit que de la liste des projets qui ont été acceptés. Il n’y a aucune garantie sur le fait que les étudiants pourront mener leur projet à terme, et que la qualité du travail soit suffisamment bonne pour qu’il soit un inclus dans les différentes applications.

Rien ne dit que nous retrouverons donc toutes ces fonctionnalités dans la prochaine version de GNOME.

Modifier le comportement des fenêtres modales

Une boîte de dialogue modale attachée à sa fenêtre parente

Pour reprendre Wikipédia, « Une fenêtre modale est, dans une interface graphique, une fenêtre qui prend le contrôle total du clavier et de l’écran. Elle est en général associée à une question à laquelle il est impératif que l’utilisateur réponde avant de poursuivre, ou de modifier quoi que ce soit. »

Ce qui est le cas des nombreuses boîtes de dialogue sous GNOME. Dans bien des cas, le fait que la boîte de dialogue soit liée à la fenêtre parente, ne pose pas problème. Mais parfois, la question peut nécessiter une réponse qui se trouve justement dans l’une de ces fenêtres qui n’est plus accessible.

Procédure

Pour désactiver ce comportement, il vous suffit de lancer l’Outil de personnalisation, de vous rendre dans le menu Fenêtres, puis de désactiver l’option Boîtes de dialogues modales attachées.

Désactivation des fenêtres modales depuis l’Outil de personnalisation

Ou, si vous préférez la ligne de commande :

gsettings set org.gnome.shell.overrides attach-modal-dialogs false

Limiter l’affichage d’Alt Tab aux programmes de l’espace de travail courant

Par défaut, sous GNOME 3, lorsque vous utilisez le raccourci clavier Alt Tab, toutes vos applications, de tous vos espaces de travail, sont affichées. Si vous souhaitez limiter la liste des applications à l’espace de travail courant, vous devez lancer dconf-editor, vous rendre dans org.gnome.shell.app-switcher, puis activer la clé current-workspace-only

Préférences du Shell dans dconf-editor

Si vous préférez la ligne de commande, vous pouvez utiliser directement

gsettings set org.gnome.shell.app-switcher current-workspace-only true