La Fondation GNOME recrute

On y croyait plus, mais ça y est. Suite au récent don d’un million de dollars, la fondation se donne enfin les moyens de ses ambitions. Il aura donc fallu attendre plus de vingt ans et l’arrivée d’un généreux mécène pour que la fondation se décide enfin à embaucher. Par contre, n’espérez pas tout de suite des développeurs pour améliorer un certain nombre d’applications qui en auraient bien besoin (Documents, Musique, Photos…), on y est pas encore.

Mais comme l’indique Neil McGovern, le directeur exécutif de la fondation, « Ces postes sont essentiels pour s’assurer que la fondation reste durable et que nous soyons en mesure de soutenir la communauté dans des domaines clés. J’espère que nous pourrons continuer à développer la fondation pour que non seulement ces postes puissent continuer d’être financés, mais également pour permettre d’autres embauches à l’avenir. »

Dans un premier temps, la fondation annonce quatre recrutements :

  • Un coordinateur du développement qui devra rechercher de nouveaux fonds, nouer des partenariats avec les entreprises, obtenir des subventions… pour assurer l’expansion du projet (typiquement le poste qui aurait du être embauché il y a plus de dix ans, histoire de ne pas avoir besoin d’attendre un don miraculeux).
  • Un coordinateur de programme qui sera en charge de la planification et de la coordination des programmes et activités.
  • Un DevOps / Administrateur système qui devra gérer les serveurs de la fondation (Flathub, GitLab, intégration continue, moteur de production…) et mettre en place de nouveaux services selon les besoins.
  • Un développeur GTK+ qui devra créer, développer et maintenir des composants de base du toolkit.

Il s’agit donc d’une bien bonne nouvelle, et on se prend déjà à rêver des futures annonces qui pourraient subvenir. Comme je l’ai déjà dit, j’adorerais qu’on ne compte plus uniquement sur les bénévoles pour le développement ou la partie visuelle (thème, icônes, fond d’écran dynamique…) et qu’il y ait des professionnels à plein temps sur certains projets qui en auraient bien besoin.

D’autant plus, et on a pu le constater avec l’embauche par Red Hat de Carlos Soriano en tant que mainteneur de Fichiers, d’avoir un développeur à plein temps sur un projet créé une certaine dynamique qui permet d’attirer de nombreux bénévoles (voir Contributors to Nautilus et Nautilus team grows), accélère le développement, apporte de nombreuses nouvelles idées et rend le projet incroyablement plus vivant.

Publication du rapport annuel de GNOME pour l’année 2014

La fondation GNOME vient de publier son rapport annuel 2014 (PDF).

Ce dernier aborde la situation financière de la fondation, la bataille judiciaire avec la société Groupon, et couvre les activités ayant eu lieu entre le 1er octobre 2013 et le 30 septembre 2014. Ce qui inclut les différents hackathons (WebKitGTK+, GStreamer, Evince, traduction, documentation…), la sortie des versions GNOME 3.12 et 3.14, les différentes conférences (GNOME.Asia, GUADEC, West Coast Summit, GNOME PERU FEST…), les programmes Google Summer of Code et Outreach Program for Women, les statistiques du système de suivi de problèmes (Bugzilla), ainsi qu’un point sur l’accessibilité.

La fondation GNOME adhère au Manifeste des données utilisateur 2.0

Ces dernières années, Microsoft a fait de gros progrès en ce qui concerne la stabilité et la sécurité de ses produits. Dans le même temps, le logiciel libre a également énormément progressé en termes d’ergonomie et de simplicité d’utilisation. À tel point que de nos jours, les offres sont sensiblement identiques des deux côtés, et la bataille se joue désormais sur les questions de respect de l’utilisateur, de sa vie privée, et du contrôle de ses données.

C’est dans cet esprit que la version 2.0 du Manifeste des données utilisateur (User Data Manifesto) a été annoncée le 29 août, lors de la conférence des contributeurs d’ownCloud qui se déroulait à Berlin. Cette nouvelle version, plus claire et concise, définit le droit fondamental au respect de la vie privée à l’ère du numérique, et les différents droits auxquels devraient pouvoir prétendre chaque utilisateur :

Le contrôle des données. Les données volontairement envoyées par l’utilisateur devraient rester sous le contrôle ultime de l’utilisateur. Les utilisateurs devraient être en mesure de pouvoir décider à qui accorder un accès direct à leurs données, ainsi que les conditions et la licence accordées pour un tel accès.

Savoir comment les données utilisateur sont stockées. Lorsque les données utilisateur sont envoyées vers un fournisseur de service spécifique, les utilisateurs devraient être informés de la localisation géographique où le fournisseur de service sauvegarde les données, dans quelle juridiction le fournisseur de service opère, ainsi que les lois qui y sont appliquées.

La liberté de choisir une plate-forme. Les utilisateurs devraient toujours être en mesure de pouvoir récupérer leurs données à tout moment, sans subir le moindre enfermement propriétaire. Des standards ouverts pour les formats de fichiers et les protocoles sont nécessaires pour pouvoir offrir de telles garanties.

Et comme l’indique la fondation dans son communiqué, « GNOME est fier de supporter le Manifeste des données utilisateur, et espère que d’autres projets feront de même. En tant que projet de logiciel libre, GNOME a travaillé dur pour faire en sorte que chacun puisse avoir accès à une plate-forme qui leur redonne le contrôle de leurs ordinateurs et de leurs données. Et puisque de plus en plus de données personnelles sont désormais sauvegardées dans le cloud, il est crucial que les utilisateurs sachent où sont stockées leurs données, et qu’ils puissent y accéder avec des logiciels libres et open source. »

Les dons en provenance de l’UE seront désormais traités par la Fondation Wau Holland

La Fondation GNOME et la Fondation Wau Holland ont récemment conclu un accord qui permettra d’améliorer considérablement la façon dont les dons au projet GNOME en provenance de l’Union européenne seront gérés.

Avant la signature de cet accord, la Fondation GNOME était en mesure de recevoir des dons par le biais de nombreuses méthodes de paiement (virements bancaires, chèques, transferts PayPal…), que ce soit pour des dons ponctuels ou récurrents dans le cadre du programme des Amis de GNOME. Cependant, les donateurs devaient résider aux États-Unis pour que leurs contributions puissent bénéficier d’une déduction fiscale. Quant aux virements bancaires en provenance de l’Union européenne, les frais étaient prohibitifs.

La Fondation GNOME a travaillé étroitement avec la Fondation Wau Holland pour simplifier le processus concernant les dons effectués au sein de l’Union européenne. Grâce à cet accord, les Européens pourront désormais effectuer un don à la Fondation GNOME par le biais de la Fondation Wau Holland, leur permettant ainsi de recevoir une attestation pour bénéficier d’une déduction fiscale.

Alors, pour aider à financer les frais concernant l’infrastructure, le matériel ou pour que les développeurs puissent se rendre et travailler ensemble lors des différentes conférences (GUADEC, FOSDEM, West Coast Summit…), n’hésitez pas à faire un don ;)