La conférence GNOME.Asia 2016 se tiendra à Delhi, en Inde

L’équipe en charge du GNOME.Asia Summit a récemment annoncé que la conférence se tiendrait du 21 au 24 avril 2016 à l’École d’ingénieur Manav Rachna dont le campus est situé dans la ville de Faridabad, à quelques kilomètres au sud de la capitale New Delhi.

« Nous sommes ravis que la conférence GNOME.Asia 2016 puisse se tenir en Inde, un pays avec une culture vaste et diversifiée, une industrie informatique en pleine croissance et une communauté du logiciel libre florissante » – Shobha Tyagi, membre de l’équipe d’organisation.

La conférence étant l’occasion pour les utilisateurs et les développeurs asiatiques du projet GNOME de pouvoir se rencontrer, de travailler ensemble ou d’explorer de nouvelles possibilités au travers de conférences et de hackathons.

GNOME.Asia Summit 2015

L’entrée principale (photo d’Olav Vitters)

Comme chaque année, la conférence GNOME.Asia se déroule dans un pays différent du continent asiatique, et permet aux développeurs et utilisateurs du projet de se rencontrer, d’apprendre et de renforcer la communauté.

Après la Corée du Sud en 2013 ou la Chine l’an passé, ce fut au tour de l’Indonésie d’organiser la conférence, qui s’est déroulée du 7 au 9 mai dans la ville de Depok, à une trentaine de kilomètres de Jakarta.

46 conférenciers furent présents cette année, dont cinq européens et une Péruvienne, qui firent spécialement le déplacement. D’après la fondation, plus de 300 personnes auraient participé à l’événement.

La première journée fut consacrée à la découverte du projet, avec des conférences expliquant comment effectuer sa toute première contribution, comment développer sa première application, ou comment s’effectue la traduction de GNOME.

La deuxième journée fut tout de suite plus technique, avec des conférences dédiées au sandboxing d’applications avec xdg-app; commencer à contribuer en triant les bugs; une expérience d’utilisation de GNOME sur un dongle Android; le développement d’applications HTML5 pour GNOME ou comment utiliser GStreamer dans son application.

En plus des différentes conférences, il y eut également des présentations sur l’emploi de logiciels libres dans l’industrie de la chaussure, la promotion du libre dans les régions reculées de Chine et de Taïwan, la difficulté de migrer de Windows vers GNU/Linux, ou le témoignage d’un agriculteur et commerçant, également contributeur de BlankOn, une distribution GNU/Linux locale qui utilise les technologies et applications GNOME, mais qui semble avoir remplacé le shell par Manokwari, un bureau en HTML5.

La salle principale (photo d’Olav Vitters)

Quant à la dernière journée, les participants purent assister à une présentation de ChorusText, un périphérique d’assistance pour aveugles et mal-voyants, ainsi qu’à diverses conférences sur la pile audio de Linux et sa gestion sous GNOME; comment composer de la musique sous GNOME; comprendre le cycle de sorties de GNOME; l’intégration de vidéos GStreamer dans un composant GTK+ avec gtkgst ou l’utilisation de GNOME Shell sur un Nexus 7.

Sans oublier les conférences éclair de Bin Li et Julita Inca, venues de Chine et du Pérou pour présenter les différentes actions accomplies pour promouvoir GNOME dans leurs pays respectifs.

D’autres projets libres, tels qu’OpenStreetMap ou la téléphonie en do it yourself avec services de messagerie à base de logiciels libres, eurent également droit à leurs conférences.