System76 ne souhaite plus être un simple DVA

System76 est un distributeur à valeur ajoutée (DVA) américain qui s’est spécialisé depuis un certain nombre d’années dans la vente de machines équipées du système d’exploitation GNU/Linux. Pour la distribution, s’est bien évidemment la version à support long (LTS) d’Ubuntu qui fut choisie.

Mais début avril, coup de tonnerre, Mark Shuttleworth, le fondateur d’Ubuntu, annonce la fin du développement d’Unity et d’un certain nombre de projets autour de l’environnement de bureau, préférant se recentrer sur GNOME.

Le changement étant inéluctable, System76 prend la décision de ne plus être un simple DVA et de profiter de l’occasion pour franchir une nouvelle étape. À la manière d’un Tesla, dans un plan en trois étapes, ils expliquent vouloir devenir un véritable constructeur qui concevrait et fabriquerait lui-même certaines pièces. Les plans devant être distribués sous licence Open Source (sans plus de précisions).

Au-delà du matériel, ils souhaitent également proposer à leurs clients une expérience utilisateur qui leur serait propre. Ce qui passe bien évidemment par la personnalisation du système et de son identité visuelle, que ce soit le thème, les icônes ou le fond d’écran. Le célèbre thème orange-violet d’Ubuntu laissant place à une version pop bien plus colorée.

GNOME 3.24 et le thème Pop 1.2.2

Que l’on aime ou que l’on déteste, on ne risque plus de les confondre avec Ubuntu :)

Point de vue technique, ils ne partent pas de zéro, leur thème Pop étant un dérivé du thème Adapta, tout en étant un peu moins plat et material design que ce dernier. Pour ceux que le sujet intéresse, le choix des couleurs et autres modifications apportées sont décrites dans un billet de blog.

Mais les modifications ne s’arrêtent pas là. Dans un autre billet de blog, ils annoncent vouloir contribuer, à leur mesure, au développement de GNOME. On y apprend qu’ils travaillent par exemple à l’intégration du chiffrement du dossier personnel de l’utilisateur depuis l’Outil de configuration initiale, ainsi que depuis les paramètres Utilisateurs du Centre de contrôle. Ça serait ainsi la première fois que l’on pourrait opter (facilement et graphiquement) pour un dossier chiffré une fois la distribution déjà installée.

Autres contributions, l’ajout de protocoles manquants dans les Comptes en ligne, tels que CalDAV ou CardDAV ; ou l’amélioration de l’application Documents, qu’ils considèrent intéressante pour eux (et donc pour leurs clients). Ce qui est plutôt une bonne nouvelle, sachant qu’elle fait souvent partie des applications plutôt décriées ;-)

À plus long terme, ils parlent également d’intégration mobile, mais sans rentrer dans les détails. On peut donc se mettre à rêver du développement secret d’un équivalent GTK+ à KDE Connect, qui permettrait de voir les notifications de nos smartphones ou d’envoyer et recevoir des SMS directement depuis notre environnement de bureau, de pouvoir déverrouiller notre session en ayant le smartphone à proximité, de pouvoir facilement transférer des fichiers dans les deux sens par Wi-Fi ou Bluetooth et bien plus encore.

Mais avant ça, ils doivent intervenir lors du GUADEC 2017 pour une conférence sur ce qu’ils ont appris de leurs clients, ce qu’attendent ces derniers de leur environnement de bureau, sur l’avenir de System76 et le rôle que pourra y jouer GNOME.

Après Red Hat, SUSE, Canonical, Collabora, Endless Mobile… pour la vitalité du projet, c’est toujours une bonne nouvelle de voir de nouvelles entreprises vouloir contribuer à notre plateforme.

Intégration de LibreOffice au sein de Documents

GNOME Documents

Actuellement, avant d’afficher un document, que ce dernier soit au format .docx, .odt ou .ods, Documents utilise unoconv pour le convertir au format PDF. Ce dernier étant avant tout prévu pour la simple consultation, il empêche toute édition du document.

Dans le cadre du Google Summer of Code 2015, Pranav Kant a donc prévu d’améliorer le composant LibreOffice LOKDocView, puis de l’intégrer au sein de Documents, ce qui permettra de pouvoir afficher directement des fichiers OpenDocument au sein de Documents, mais également de pouvoir les éditer sans avoir besoin de lancer la suite bureautique.

Les améliorations du composant concerneront également la gestion du rendu sur le GPU plutôt que sur le CPU, ce qui devrait grandement accélérer les calculs et permettre de pouvoir utiliser rapidement un très haut niveau de zoom sur de très gros documents.

Liste des projets acceptés pour le Google Summer of Code 2015

Google Summer of Code 2015

Tous les ans, plutôt que de passer l’été à vendre des beignets sur la plage, Google permet à des étudiants de travailler sur des projets libres. Le fameux Google Summer of Code.

Cette année, 24 projets GNOME ont été acceptés :

  • Accessibility Toolkit : permettre à Orca (le lecteur d’écran de GNOME) de pouvoir fonctionner avec des applications écrites en Java.
  • Banshee : amélioration de l’interface et de la prise en charge d’OS X.
  • coala : développement d’une interface graphique à cet outil en ligne de commande.
  • Documents : prise en charge des collections.
  • Evolution : développement d’une extension ActiveSync.
  • Fichiers : implémentation d’une nouvelle gestion des lecteurs et du réseau, qui remplacerait les actuels menus Connexion à un serveur et Parcourir le réseau.
  • F-Spot : portage en GTK+ 3.
  • Gedit : développement d’un greffon d’analyse statique de code basé sur coala.
  • GeoClue : la plupart des ordinateurs n’ayant pas de GPS, permettre le partage de position depuis les smartphones Android (ainsi qu’iOS, si le développeur a le temps), pour une localisation plus précise.
  • Getting Things Gnome : modernisation de l’interface, nettoyage de code et utilisation des dernières technologies GNOME.
  • GNOME Keyring : le programme n’étant plus compatible avec les dernières versions de GnuPG, un nouveau mécanisme sera développé, permettant à GnuPG de rechercher directement la phrase secrète (passphrase) dans GNOME Keyring, de la demander à l’utilisateur s’il ne trouve rien, et de la sauvegarder ensuite.
  • GNOME Keysign : application qui permettra de pouvoir s’échanger des clés OpenPGP de façon simple et sécurisée. Presque prête, le développeur compte ajouter la prise en charge de l’internationalisation, puis implémenter une nouvelle méthode plus sûre, pour le transfert de fichiers.
  • GNOME Shell : lors d’une session verrouillée, bloquer le port USB quand quelqu’un tente d’y connecter un périphérique dont l’identifiant n’aurait jamais été utilisé auparavant, dans le but de renforcer la sécurité du système et l’intégrité des données de l’utilisateur.
  • GNOME Shell : ajout de nouvelles sources d’événements dans le centre de notifications : rappels pour les anniversaires, notifications météorologiques
  • GStreamer : création d’un débogueur.
  • GTK+ : implémentation d’un écran d’aide qui listerait automatiquement tous les raccourcis clavier ou gestes tactiles d’une application.
  • GTK+ : création d’un nouveau composant pour afficher une image, zoomer, pivoter…
  • Horloges : refonte de l’interface et ajout de nouvelles fonctionnalités (conversion de temps, pouvoir nommer les alarmes…).
  • Journaux : amélioration de l’interface, ajout de nouvelles fonctionnalités et création de tests unitaires.
  • Machines : amélioration de l’assistant d’installation (portage vers GtkAssistant) et de la prise en charge des type MIME. Ainsi que la correction du plus grand nombre de bugs possible.
  • Nibbles : portage en Vala et utilisation des dernières technologies GNOME.
  • Nuntius : projet d’application qui permet de faire communiquer GNOME et des smartphones Android, autorisant par exemple la réception et le fait de pouvoir répondre à des SMS ou des messages WhatsApp, directement depuis le centre de notifications.
  • Polari : possibilité d’être notifié de l’utilisation de certains mots lors d’une conversation (avec possibilité de ne pas l’être sur certains canaux), meilleure gestion des erreurs, assistant de première utilisation et prise en charge des sites de partage de textes.

Notez qu’il ne s’agit que de la liste des projets qui ont été acceptés. Il n’y a aucune garantie sur le fait que les étudiants pourront mener leur projet à terme, et que la qualité du travail soit suffisamment bonne pour qu’il soit un inclus dans les différentes applications.

Rien ne dit que nous retrouverons donc toutes ces fonctionnalités dans la prochaine version de GNOME.