Test d’utilisabilité concernant GNOME et Debian

Durant l’événement Contribuez vos compétences à Debian, qui s’est déroulé à Paris du 13 au 14 mai 2017, des développeurs de la distribution Debian ont organisé une session de tests d’utilisabilité de GNOME 3.22, qui sera l’environnement par défaut de la future Debian 9 (Stretch).

Il a été demandé à un groupe de six personnes d’accomplir une série de tâches dans le gestionnaire de fichiers (télécharger et renommer un fichier, manipuler des dossiers, ajouter un signet, modifier les paramètres d’affichage), la logithèque (installer et désinstaller une application, trouver une application permettant de télécharger des fichiers par BitTorrent et l’installer, mettre à jour le système) ou les paramètres système (modifier l’arrière-plan, modifier les paramètres concernant les fichiers temporaires, modifier le lecteur vidéo par défaut, ajouter et supprimer des horloges mondiales).

Comme on peut le constater sur la carte de chaleur, la plupart des tâches ont été accomplies sans grande difficulté.

Carte de chaleur montrant la difficulté à accomplir certaines tâches

Le vert indique que le participant a pu accomplir la tâche avec peu ou aucune difficulté, le jaune qu’il a rencontré des difficultés importantes, le rouge qu’il a rencontré des difficultés extrêmes ou lorsque la tâche a été accomplie de manière erronée et enfin, le noir, que le participant n’a pas réussi à accomplir la tâche demandée.

Dans Fichiers, la principale difficulté fut l’ajout de signets.

Pour l’installation et la désinstallation d’applications, Logiciels est habituellement particulièrement simple. Mais dans le cas présent, manque de pot, les développeurs ont fourni des machines avec la version live CD de Debian et se sont rendu compte durant le test que cette dernière ne proposait pas la liste des paquets disponibles et que par conséquent, Logiciels ne pouvait proposer que les applications déjà installées (voir le bug #862560). À l’avenir, toujours penser à effectuer soi-même les différentes tâches demandées avant de débuter un test d’utilisabilité :D

Au sujet de la modification des paramètres concernant les fichiers temporaires ou la modification du lecteur vidéo par défaut, il est regrettable que les participants n’aient pas pensé à taper les mots-clés temporaire ou défaut dans la vue d’ensemble des activités, qui leur aurait proposé les outils de configuration adéquats.

Sinon, en passant par le Centre de contrôle, les réglages concernant les fichiers temporaires s’effectuent depuis les paramètres de confidentialité, et la modification du lecteur vidéo par défaut, dans le volet Détails puis Applications par défaut. Mais là, pour le coup, il faut reconnaître que Détails n’est absolument pas parlant.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur les différents tests, les erreurs des participants ou leur cheminement, je vous invite à lire le billet de blog d’intrigeri.

Autre point important, aucun des participants n’a utilisé l’aide des différentes applications, ce qui est plutôt regrettable sachant qu’elle est plutôt complète, de bonne qualité, traduite en plusieurs langues et en adéquation avec la version en cours d’utilisation.

À l’arrivée, les tâches demandées n’étant pas particulièrement compliquées, ça montre le travail qu’il reste à accomplir pour rendre notre environnement encore plus simple d’utilisation.

Deux nouveaux PC hybrides vendus directement sous GNOME

Fin 2014, l’entreprise américaine Purism lançait une campagne de financement participatif dans le but de pouvoir produire un ordinateur portable entièrement libre. Sans aller jusqu’à de l’open hardware, toute la partie logiciel se devait d’être libre. Ceci incluait aussi bien le logiciel d’amorçage (coreboot), le système d’exploitation, les pilotes de périphériques et bien évidemment les applications.

Des 250 000 dollars initialement demandés, ils réussirent à récolter près de 610 000 dollars, ce qui leur permit de sortir non pas un mais deux ordinateurs portables, Librem 13 et Librem 15, équipés de processeurs i5 et i7 de cinquième génération (Haswell), de 16 ou 32 GB de RAM, d’un SSD… classique, mais néanmoins onéreux, puisque commercialisés 1499 et 1899 dollars.

L’histoire aurait donc pu s’arrêter là, mais voilà que Purism vient de lancer la prévente sur Indiegogo de deux nouveaux ordinateurs portables hybrides, dont l’écran sera détachable pour faire office de tablette. Et c’est là que ça devient intéressant, puisque la nouvelle version de PureOS, le système d’exploitation maison autrefois basé sur Trisquel (un dérivé entièrement libre d’Ubuntu) et Cinnamon (un environnement de bureau dérivé de GNOME), fait un retour aux sources en se basant désormais sur Debian et GNOME. Les deux tablettes utiliseront donc bien GNOME Shell par défaut.

La Librem 10 en mode tablette

Depuis le temps qu’on entend les trolls se plaindre que GNOME Shell est entièrement pensé pour le tactile alors qu’aucune tablette ne semblait l’exploiter, entre ces deux nouveaux produits commercialisés directement sous GNOME ou le succès grandissant des PC hybrides (Microsoft Surface, Lenovo Yoga, HP Spectre…), c’est une bonne chose de constater que parmi tous les environnements de bureau libres disponibles, il en existe au moins un parfaitement adapté à ce type de configuration.

Pour en revenir à Purism, nous avons donc le modèle Librem 10, équipé d’un processeur Atom x5-Z8300, de 4 GB de RAM, de 64 GB d’espace disque et d’un écran 10.1″. Le tout vendu 599 dollars.

Vient ensuite la Librem 11, qui aura droit à deux déclinaisons. Une première, équipée d’un processeur Intel Core M-5Y10c, de 8 GB de RAM, d’un SSD de 256 GB et d’un écran 11.6″. Ainsi qu’une seconde, dont la RAM et le SSD passent respectivement à 16 GB et 512 GB. En ce qui concerne le prix, si vous précommandez dès maintenant, ça se fera à 999 ou 1567 dollars. Mais une fois la prévente terminée, ça grimpera ensuite à 1299 ou 1867 dollars.

Précommandes oblige, les livraisons devraient débuter en octobre 2016.

Prise en charge d’AppStream par Debian / Kubuntu

Logiciels 3.16

Bonne nouvelle pour les utilisateurs de Debian (unstable), Kubuntu et Tanglu, Matthias Klumpp vient d’annoncer que la prise en charge d’AppStream était bien avancée et devrait être officiellement annoncée lors de la DebConf15, le rendez-vous annuel des développeurs Debian qui se tient cette année du 15 au 22 août 2015 à Heidelberg, en Allemagne.

Pour rappel, AppStream est la spécification Freedesktop permettant le partage des méta-données des différentes applications entre les distributions (descriptions, adresses des sites officiels, captures d’écran, licences…), qui peuvent être ainsi réutilisées par les différentes logithèques (Logiciels sous GNOME, Muon Discover sous KDE…), tout en évitant la duplication d’efforts.

Matthias a également prévu de donner une conférence le 16 août pour expliquer ce que peut apporter AppStream à Debian (installation d’applications, mise à jour du système, mais également la mise à jour des firmwares UEFI…), tout en décrivant tout ce qui a déjà été accompli pour sa prise en charge.

Le futur de la distribution d’applications sous GNU/Linux devrait également y être abordé. Actuellement empaquetées par les différentes distributions, les applications devraient, à terme, pouvoir être distribuées par les développeurs eux-mêmes en employant le sandboxing (au travers de technologies telles que Limba et Xdg-App) pour qu’elles soient parfaitement isolées du reste du système.

Test de Debian 8.0 « Jessie »

Bannière Debian JessieDebian est l’une des plus vieilles distributions GNU/Linux encore en activité, tout en étant reconnue pour le soin tout particulier qu’elle apporte à son système, ainsi qu’à la sécurité et la stabilité de ce dernier.

Mais qui dit stabilité, dit logiciels éprouvés. Debian ne proposera donc jamais les toutes dernières versions des différents environnements de bureau et autres applications, et se destine avant tout aux particuliers ou entreprises qui recherchent un système fiable, et la tranquillité qu’il procure. Avec Debian, il n’y a que très rarement de mauvaises surprises.

Chaque nouvelle version de Debian, qui sort en moyenne une fois tous les deux ou trois ans, est donc un petit événement en soi.

Installation

Il y a beaucoup à dire sur l’installeur de Debian, qui est particulièrement complet. Pour ne pas dire beaucoup trop. Il y a fort à parier que dans certaines situations bien particulières, de toutes les distributions, seul l’installeur de Debian puisse permettre de s’en sortir. Mais voilà, ce n’est pas ce que recherchent la plupart des utilisateurs, qui ont besoin de quelque chose de simple et rapide à mettre en place.

Première constatation, Jessie ne dispose pas, de base, d’un mode live CD. Si l’utilisateur souhaite pouvoir se faire une première idée de tel ou tel environnement de bureau, de vérifier l’offre logicielle disponible ou le bon fonctionnement de son matériel, il devra récupérer des images séparément.

Pour en revenir à l’installation elle-même, sans être particulièrement compliquée (chaque phase étant plutôt bien bien expliquée et en français), ce sont surtout les trop nombreuses questions, ainsi que le fait que l’installeur ne recherche pas particulièrement à deviner quoi que ce soit par lui-même, ou de prendre la moindre décision qui pourrait simplifier la tâche de l’utilisateur, qui rend la procédure longue et rébarbative.

Une fois démarré sur le CD, plusieurs choix s’offrent donc à l’utilisateur : Install, qui correspond au vieux mode Ncurses. Pratique pour une installation sur un serveur distant, mais qui risque de rebuter bien des gens. Ensuite Graphical install, qui correspond au mode graphique, plus joli, et qu’on aurait aimé voir comme choix par défaut. Et pour finir, Install with speech synthesis, qui correspond au mode avec synthèse vocale, à destination des aveugles et mal voyants.

Nous commençons donc notre longue série de questions, en commençant par choisir notre langue, suivi du pays, puis de la disposition du clavier. Pendant tout le processus d’installation, chaque question aura droit à son propre écran explicatif séparé. Ce qui nous en fait déjà trois. On enchaîne sur la configuration réseau, avec le nom de la machine, suivi du nom de domaine. Personnellement, je trouve cette dernière question complètement superflue pour la majorité des gens.

Vient ensuite la création du compte administrateur. Si vous ne souhaitez pas gérer deux comptes distincts et que vous préférez utiliser sudo depuis votre compte courant pour les différentes tâches nécessitant les droits administrateur, ne définissez pas de mot de passe, et passez directement à la question suivante.

Pour votre compte utilisateur, trois écrans distincts vous demanderont tour à tour, le nom complet, l’identifiant, puis votre mot de passe. Autre détail qui peut avoir son importance, même si c’est moins sûr d’un point de vue sécurité, aucune option n’est proposée pour tout de même voir ce que l’on tape lors des demandes de mots de passe.

Arrive le partitionnement : automatique pour un disque entier (recommandé pour les débutants), disque entier avec LVM, disque entier avec LVM chiffré, ou manuel. En choisissant le disque entier, un nouvel écran nous demande ensuite de bien sélectionner notre disque, et ce, même s’il n’y a qu’un seul et unique choix possible. Mais ce n’est pas tout. On nous demande ensuite si nous souhaitons une partition unique (recommandé pour les débutants), ou si nous préférons une partition /home séparée, voir des partitions /home, /tmp et /var séparées.

Malheureusement, aucune explication n’est donnée quant à l’intérêt de faire tel ou tel choix. Dans le cas d’une partition /home séparée, cela permet de faire la distinction entre le système et les données personnelles de l’utilisateur, ce qui simplifie grandement une éventuelle réinstallation du système ou le changement de distribution, sans que l’utilisateur n’ai particulièrement besoin de se préoccuper de ses données (hormis le fait de ne pas se tromper de partition).

Vous pensiez en avoir fini avec le partitionnement ? Eh ben non. On nous demandera ensuite de valider une option permettant de terminer le partitionnement et d’appliquer les changements, suivi d’un deuxième écran récapitulatif, qui demande à nouveau de bien vouloir confirmer. Écran qui sera, qui plus est, sans doute incompréhensible pour bien des gens.

Confirmation du partitionnement durant l’installation de Debian 8.0

Une fois notre partitionnement validé, le système de base s’installe. Mais notez bien qu’il ne s’agit que du système de base :)

Quelques paquets sont donc installés, avant que l’installeur ne nous demande si nous possédons d’autres CD ou DVD qu’il pourrait analyser. N’ayant pas téléchargé les huit CD proposés sur le site officiel, nous répondons par la négative. On nous demande alors si nous sommes d’accord pour compléter le contenu de notre CD, en téléchargeant les parties manquantes par le réseau, ce que nous acceptons.

Vient donc le choix du pays, histoire de bénéficier d’un miroir proche de chez nous, suivi d’une longue liste de miroirs disponibles. N’ayant aucune idée de leurs débits respectifs, nous nous contentons donc du premier. Et là, Debian, fidèle à elle-même, ne peut s’empêcher de nous demander si nous souhaitons configurer un serveur proxy pour pouvoir accéder à ce miroir.

Alors qu’ils auraient très bien pu s’échanger quelques paquets tout seul dans leur coin, pour vérifier si oui ou non le serveur était bel et bien accessible, et ainsi savoir s’il y avait réellement besoin d’un proxy.

L’installeur télécharge et configure quelques paquets durant une trentaine de secondes, avant de nous demander si l’on souhaite participer au popularity contest. Ce dernier consistant à envoyer des statistiques anonymes sur les applications que l’on utilise, dans le but d’aider Debian à choisir quels paquets placer sur le premier CD de la distribution. Même si j’en comprends l’intérêt, ils auraient très bien pu poser la question quelques jours plus tard, une fois la distribution installée, et que l’utilisateur aura sans doute l’esprit plus tranquille.

Je vous rassure, on approche de la fin. Il est désormais temps de choisir son environnement de bureau. Bien que GNOME soit listé en premier (suivi de Xfce, KDE, Cinnamon, MATE, LXDE), aucun environnement n’est pré-sélectionné. Il n’y a aucune capture d’écran, et aucune description pour aider l’utilisateur à faire tel ou tel choix. Dans ce même écran, l’utilisateur peut également choisir d’installer un serveur web, un serveur d’impression (coché par défaut), un serveur SSH, ainsi que les utilitaires usuels du système (coché également).

Bien évidemment, nous optons pour GNOME, et l’installation peut « enfin » commencer. Cette dernière est plus ou moins longue, selon la vitesse de votre connexion Internet.

Une fois tous les paquets installés, l’installeur tente de détecter si le système est seul à bord ou si vous aviez fait une installation en multiboot, et vous propose d’installer le chargeur d’amorçage (GNU GRUB) en conséquence. Ne vous inquiétez pas, il vous demandera bien sur quel périphérique vous souhaitez l’installer… et ce, même s’il n’y a là encore, qu’un seul choix possible.

Ça y est. C’est enfin installé. Ce fut long et laborieux, et on est bien loin des deux ou trois questions posées par Ubuntu ou Manjaro, qui ont chacune leur propre installeur. Maintenant, je ne dis pas que celui de Debian est à jeter. Juste que toute cette procédure aurait dû correspondre à un mode expert, et que nous aurions du avoir, nous aussi, seulement deux ou trois questions, dans un mode graphique par défaut.

Système

La distribution est livrée avec le noyau Linux 3.16.0, ainsi que systemd 215. Aucun outil graphique ne semble fourni pour simplifier l’installation de pilotes de périphériques propriétaires. Je vous invite donc à consulter le wiki francophone de Debian pour connaître la marche à suivre.

Synaptic 0.8.12

Au niveau de l’installation des paquets, Logiciels n’est malheureusement pas présent, et il faudra donc vous contenter de Synaptic ou de Paquets, l’ancêtre de Logiciels, également développé par Richard Hughes ;)

Environnement

Il ne s’agit que d’un « vieux » GNOME 3.14.2, mais ne boudons pas notre plaisir. La précédente Debian stable ne proposait qu’un antique GNOME 3.4.2. On peut donc dire qu’ils reviennent de loin :)

Comme indiqué précédemment, Logiciels n’est pas disponible dans Jessie, et ne le sera pas avant la prochaine Debian stable, qui devrait sortir d’ici deux ou trois ans (mais déjà disponible dans testing, pour les plus impatients). Plus étonnant, Météo ne semble pas non plus disponible, et Brasero, le logiciel de gravure, ne dispose que d’une ancienne version 3.11.

Au niveau des logiciels pré-installés, en plus des applications GNOME, nous retrouvons le navigateur Iceweasel 31.6.0 ESR (version Debian de Firefox), le client de messagerie Evolution 3.12.9, la suite bureautique LibreOffice 4.3.3.2, le lecteur de musique Rhythmbox 3.1, le client BitTorrent Transmission 2.84, ainsi que Gimp 2.8.14 et Inkscape 0.48.5.

Le thème Lines, par Juliette Belin

Au sujet du thème, notons que pour le chargeur d’amorçage, l’écran de connexion et le fond d’écran, il est l’œuvre de la française Juliette Belin. Tandis que pour les fenêtres et les icônes, on retrouve le classique thème officiel de GNOME, Adwaita. Si vous êtes intéressés par le travail de Juliette, elle avait donné une Mini Conférence Debian à ce sujet, en avril 2015.

Et pour conclure sur la configuration de l’environnement, en dehors des fichiers musicaux qui sont associés par défaut à l’application Vidéos, ce qui n’est sans doute pas le choix le plus judicieux quand on sait que Rhythmbox est pourtant bien installé, tout le reste donne l’impression d’un produit propre et fonctionnel.

Conclusion

Si on fait abstraction de l’installation qui peut paraître rebutante mais qui n’est finalement pas si compliquée, du fait de devoir installer manuellement des pilotes de périphériques propriétaires si l’utilisateur n’a pas un Wi-Fi fonctionnel par défaut ou qu’il aimerait bien pouvoir jouir au mieux des performances offertes par sa carte graphique… sans oublier, bien évidemment, toutes les applications désuètes proposées par Debian, cette distribution reste une valeur sûre.

Je reconnais que je donne l’impression de dépeindre un mauvais tableau, mais nombre de personnes recherchent justement cette stabilité et cette tranquillité d’esprit, que seul Debian peut offrir. Parce qu’une fois la distribution installée et configurée, plus de mauvaises surprises, vous obtenez un système sûr et robuste que vous pourrez garder de nombreuses années.

À ce sujet, notons que Debian assure désormais un support long de ses distributions, d’une durée d’au moins cinq ans. Jessie devrait donc être supportée jusqu’au mois de mai 2020.

Maintenant, ceux qui préfèrent un système plus moderne et dans l’air du temps, mais avec potentiellement plus de problèmes, se dirigeront plutôt vers Fedora ou toute autre distribution basée sur Arch Linux.