Sortie d’Antergos 2015.06.03

GNOME 3.16.2 et le thème Numix

Il y a deux mois, jour pour jour, je testais Antergos 2015.04.12. Deux mois, c’est un peu court, mais les différents problèmes relevés alors étant plutôt simples à corriger, je souhaitais profiter de la dernière version du média d’installation pour vérifier si ça avançait dans le bon sens.

Et finalement, vous pouvez toujours lire le précédent test, puisque on ne peut pas dire que ça ait beaucoup évolué.

Point positif, durant la phase d’installation, hormis les quelques écrans qui défilent pour faire passer le temps durant l’installation des paquets (écrans qui mettent en avant l’utilisation du thème Numix ou le choix des différents environnements de bureau disponibles), la traduction française de l’installeur est beaucoup plus complète qu’auparavant.

On peut également ajouter qu’Agenda est désormais installé par défaut, mais les grands absents d’hier (Caractères, Horloges, Logiciels, Machines…) le sont toujours aujourd’hui. De même que l’aide en ligne est toujours manquante, et qu’il faudra donc toujours passer par la commande sudo pacman -Sy gnome gnome-extra pour obtenir un environnement GNOME complet.

Dans le but de pouvoir utiliser le même gestionnaire d’affichage indépendamment de l’environnement de bureau choisi par l’utilisateur, Antergos continue de privilégier LightDM plutôt que GDM, qui s’intègre pourtant mieux à GNOME, et qui se trouve être également nécessaire pour certaines fonctionnalités. Pour effectuer le changement, il faudra donc tout d’abord installer GDM (étape qui n’est pas nécessaire si vous avez installé un GNOME complet comme indiqué dans le précédent paragraphe), suivi de la désactivation de LightDM, et l’activation de GDM :

sudo pacman -S gdm
sudo systemctl -f disable lightdm
sudo systemctl -f enable gdm

Autre changement, les boutons pour minimiser et maximiser une fenêtre sont désormais présents par défaut (que vous pouvez néanmoins désactiver depuis l’Outil de personnalisation, onglet Fenêtres, si vous préférez le comportement GNOME d’origine).

Pour le reste, ce n’est  que de la mise à jour de versions. Antergos reste une très bonne distribution, et il est juste regrettable que l’on ne puisse pas obtenir plus simplement une expérience GNOME complète la plus proche possible de ce que souhaite offrir le projet, en plus de la personnalisation désirée par Antergos. Une sorte de profil qu’il suffirait de sélectionner pour basculer de l’un à l’autre.

Test d’Antergos 2015.04.12

Antergos est une distribution de type rolling release, basée sur Arch Linux, qui se différencie de cette dernière en proposant une installation simplifiée, un environnement de bureau et des applications pré-installés, ainsi que tout le nécessaire pour obtenir un système pleinement fonctionnel dès le départ.

À l’inverse de Manjaro, qui possède ses propres dépôts logiciels, qui font tampon avant de proposer les mises à jour en provenance d’Arch, histoire d’éviter de potentiels problèmes causés par des programmes trop récents et pas encore suffisamment testés, Antergos utilise directement les dépôts d’Arch. Vous vous retrouverez donc bel et bien avec Arch, et bénéficierez des mêmes mises à jour, au même moment.

Installation

Antergos démarre tout d’abord en mode live CD, ce qui permet de tester la compatibilité du matériel, et de se faire un premier avis avant de lancer l’installation.

La distribution utilise l’installeur Cnchi dans sa version 0.8.16 et, hormis quelques menus détails, comme les textes qui n’ont pas été entièrement traduits (même sans parler anglais, l’utilisateur ne devrait pas avoir trop de problèmes à s’en sortir), est finalement plutôt bien conçu. Il propose quelques fonctionnalités intéressantes, et ne m’a pas posé le moindre souci.

Sélection de l’emplacement

Bien que GNOME soit l’environnement de prédilection d’Antergos, d’autres environnements de bureau, tels que Cinnamon, KDE 4, MATE, Openbox ou Xfce, sont également proposés.

Choix de l’environnement de bureau

L’installeur propose ensuite de choisir éventuellement Firefox comme navigateur par défaut (dans le cas contraire, ça sera Chromium qui sera installé), d’installer ou non la suite bureautique LibreOffice et des polices additionnelles, un pare-feu, ainsi que le support de l’impression, du Bluetooth et des partages Windows.

Nous pouvons également choisir d’activer le dépôt communautaire AUR. Néanmoins, même sans avoir été activé durant l’installation, il l’était tout de même dans le gestionnaire de paquets une fois la distribution installée.

Sélection des fonctionnalités

Nous avons ensuite droit aux traditionnelles demandes concernant la langue, le fuseau horaire ou la disposition du clavier. En ce qui concerne le partitionnement du disque (automatique ou manuel), nous pouvons en profiter pour chiffrer la partition et utiliser LVM, ce qui permet de créer des instantanés ou de pouvoir modifier plus facilement la taille des partitions. Nous pouvons également placer le répertoire /home dans une partition ou un volume différent, ce qui permet de séparer nos données personnelles du reste du système.

Type d’installation

Il ne reste plus qu’à définir notre nom d’utilisateur, mot de passe, choisir si l’on souhaite se connecter automatiquement sans demande d’identification, et l’installation peut commencer. Les éventuelles mises à jour étant effectuées directement au moment de l’installation, une fois cette dernière terminée, vous aurez le système le plus à jour qui soit ;)

Système

À l’inverse d’une Manjaro qui préfère jouer la carte de la sécurité en proposant un noyau Linux avec support long (LTS), Antergos propose la même version que Arch, à savoir le 3.19.3 au moment d’écrire ces lignes. Il n’y a pas non plus de driver propriétaire pour les cartes graphiques nVidia, et pas non plus d’outil pour faciliter leur installation.

Je n’ai pas non plus remarqué la présence de logiciels propriétaires, tels que le plugin Flash ou Steam, ce qui n’est pas plus mal.

Pour l’installation des logiciels, c’est le gestionnaire de paquets Pamac qui est proposé.

Environnement

GNOME 3.16 avec les thèmes Numix Frost Light et Numix-Square

Antergos utilise par défaut le thème Numix Frost Light, ainsi que les icônes Numix-Square. C’est très coloré, mais faut aimer.

Si vous préférez le thème officiel de GNOME, Adwaita, ce dernier étant également installé, vous pourrez facilement basculer dessus depuis l’Outil de personnalisation.

L’extension Dash to Dock est également installée, et permet d’avoir le dock continuellement visible sur le côté gauche de l’écran, et plus uniquement dans le mode activités. Dock qui se cache néanmoins quand une application se rapproche du côté gauche, ou que l’on passerait en plein écran.

Au niveau des logiciels, on retrouve la plupart des applications GNOME, même si un certain nombre d’entre elles n’ont malheureusement pas été pré-installées (Agenda, Caractères, Horloges, Logiciels, Machines… et pas non plus de client mail). Par contre, nous avons bien Photos et Musique, même s’il m’a été impossible de démarrer cette dernière, toutes mes tentatives se soldant inlassablement par une Erreur de segmentation. Je ne saurais donc que trop vous conseiller de remplacer ces deux logiciels par gThumb et Lollypop.

Plus ennuyeux, l’aide en ligne des différents logiciels n’a pas non plus été installée. Et à ce niveau, je pense que le mieux à faire, c’est de compléter l’installation de GNOME, en installant les deux paquets gnome et gnome-extra, qui installeront tous les programmes manquants, ainsi que la documentation.

sudo pacman -Sy gnome gnome-extra

Et pour finir, même si ça peut paraître anecdotique, le gestionnaire de connexion de GNOME, GDM, a été remplacé par LightDM. Le bouton pour verrouiller l’écran n’est donc plus accessible dans le menu GNOME, mais à l’aide d’une extension dans la barre supérieure.

Conclusion

Hormis le thème qui ne plaira pas à tout le monde, ou le fait que l’installation de GNOME ne soit pas des plus complètes, ces deux inconvénients se règlent finalement assez rapidement.

À l’arrivée, nous obtenons tout de même une distribution Arch que l’on peut qualifier d’authentique, et qui se trouve être désormais à la portée du plus grand nombre.

Arch étant pour moi, dans le cas d’une utilisation personnelle, l’une des meilleures distributions qui soit, je peux aisément conseiller cette Antergos à tous ceux qui seraient rebutés par l’installation d’Arch en ligne de commande.

Et contrairement à nombre de distributions dérivées, dont on se demande si elles existeront encore le mois prochain, en ayant les dépôts d’une distribution majeure, dont le développement se fait en continu, vous n’avez rien à craindre de ce côté :)