Utiliser les notifications d’HexChat avec GNOME

Les notifications HexChat sous GNOME

Depuis GNOME 3.16 et son nouveau centre de notifications, les notifications d’HexChat sont bien plus agréables et pratiques à utiliser.

Pour pouvoir en profiter, il vous suffit de vous rendre dans le menu Paramètres d’HexChat, puis d’aller dans les Préférences. Une fois la fenêtre affichée, vous devez vous rendre dans la partie Alertes de la catégorie Bavardage.

Deux options nous intéressent ici : « Afficher une fenêtre de notification », pour laquelle vous devez cocher les cases relatives aux messages privés, ainsi qu’aux messages en surbrillance (qui correspond au fait d’être cité sur un canal). Ainsi que « Omettre les alertes quand la fenêtre est focalisée », histoire de ne pas recevoir de notifications quand nous avons déjà la fenêtre sous les yeux.

Les préférences d’HexChat

Désormais, quand on parlera de vous ou que vous recevrez un message privé pendant que vous serez occupé sur tout autre chose, une notification s’affichera durant quelques secondes en haut de l’écran, avant de rejoindre celles déjà présentes dans le centre de notifications.

Et pour ceux qui préfèrent les images animées, il existe une petite vidéo YouTube ;)

Sortie de Rhythmbox 3.2

Rhythmbox 3.2

Six mois après la précédente version, nous avons droit à une nouvelle mouture de Rhythmbox, qui n’apporte finalement pas grand chose de nouveau :

  • Support des tags concernant le nombre total de pistes et de disques (par exemple piste 1 sur 10 et disque 1 sur 2)
  • Ajout d’un plugin SoundCloud
  • Possibilité d’effacer, de re-récupérer ou de choisir manuellement la pochette d’un album, en passant par la fenêtre des propriétés d’une chanson
  • De nombreux correctifs au niveau de l’interface

On notera également la correction de quelques de bugs gênants, comme le fait que les mêmes chansons pouvaient être lues après lecture d’une playlist, le fait que Rhythmbox pouvait sauter un ou deux morceaux après lecture de certaines chansons, ou le fait de planter lors d’un clic droit sur la liste des morceaux dans la bibliothèque.

Sortie de HomeBank 5.0

HomeBank 5.0

HomeBank est un logiciel de comptabilité personnelle multiplate-forme, qui offre de nombreuses possibilités :

  • Import possible depuis Quicken, Microsoft Money ou autres logiciels
  • Support des écritures bancaires (OFX, QIF, CSV, QFX)
  • Détection des double transactions
  • Numérotation automatique des chèques
  • Gestion des types de compte : banque, espèce, biens, carte de crédit, dettes…
  • Planification de transaction : ajout de transactions pour une date donnée avec ou sans répétition
  • Découpe des transactions : répartir une transaction sur plusieurs catégories de dépense
  • Gestion de plusieurs comptes : notamment transfert entre comptes
  • Filtrage des transactions possible sur de nombreux critères (date, montant, type, etc.)
  • Complétion automatique des transactions à l’aide de critères sur le champ mémo
  • Génération de graphiques en camembert, en courbes…
  • Budgétisation des dépenses en fonction des catégories
  • Rapport de coût des véhicules : nombre de kilomètres, essence, assurance…
  • Budget mensuel ou annuel

La version 5.0 est sortie, dans une relative indifférence, au début du mois de février, et apporte les changements suivants :

  • Migration vers Gtk+ 3
  • Nouveau jeu d’icônes
  • Ajout de résultats en barres empilées pour le rapport de budget
  • Ajout d’une boîte de dialogue statistiques fichier
  • Le processus d’importation a été retravaillé et remanié pour le rendre plus simple
  • Ajout de nouveaux filtres

Ainsi qu’un certain nombre de correctifs, que vous pourrez consulter dans le ChangeLog.

Sortie de Corebird 1.0

Corebird est un client Twitter pour Linux, qui s’intègre particulièrement bien à l’environnement GNOME (design, notifications…).

Au niveau des fonctionnalités, on se rapproche du client officiel : retweet, favoris, abonnements, recherche, visualisation des profils, conversations, envois de médias, support des vidéos et des gifs animés, multi-comptes…

Corebird 1.0

La version 1.0 est enfin sortie, et propose les changements suivants :

  • Toutes les boîtes de dialogue utilisent désormais les décorations côté client (barre d’en-tête)
  • La fenêtre de composition permet maintenant d’envoyer jusqu’à quatre photos
  • Quand vous vous abonnez ou vous désabonnez d’un compte, les retweets seront correctement affichés (ou non) dans le fil d’actualité
  • La page des messages privés affichera les sujets contenant des messages non lus en premier
  • Les utilisateurs bloqués sont mieux gérés, et leurs tweets n’apparaîtront plus jamais dans votre fil d’actualité
  • L’application est désormais compatible HiDPI (très haute définition)
  • Les pluriels sont correctement localisés
  • Les médias en ligne non valides (taille de fichier trop gros, non accessibles…) sont désormais correctement détectés, et l’application réagit en conséquence (suppression du composant dans le flux, et remplacement par un lien…)
  • L’état de la vérification d’un utilisateur est désormais également représenté dans la page d’information du tweet
  • Les gifs animés provenant de Twitter sont désormais traités (tout comme les vidéos)
  • Les tweets dans le fil d’actualité sont désormais activés d’un simple-clic. Ça unifie le comportement avec toutes les autres listes de l’application. Ceux qui préfèrent le double-clic pourront néanmoins activer une option dans les préférences
  • Les utilisateurs en sourdine sont désormais respectés (même s’il n’existe aucun moyen dans l’interface de couper quelqu’un)
  • La complétion du @nomdutilisateur fonctionne aussi bien dans la fenêtre de composition, que pour les messages privés, ou dans les paramètres du compte pour la description
  • Les notifications devraient disparaître quand c’est logique (si vous lisez un message privé avant le rejet de la notification, elle devrait disparaître automatiquement)
  • Il ne devrait plus y avoir de problème quand un utilisateur modifie son nom

 

LaTeXila lance une campagne de dons

LaTeXila est un éditeur LaTeX pour l’environnement de bureau GNOME, dont l’idée est de toujours traiter directement avec le code LaTeX, tout en simplifiant l’écriture de ce dernier.

Son auteur, Sébastien Wilmet, vient de lancer une compagne de dons pour accélérer son développement.

LaTeXila 3.14.3

Deux paliers sont proposés, avec un premier objectif à 2500 euros, qui permettrait d’améliorer la correction orthographique et d’ajouter la visualisation de la sortie complète de Latexmk. Actuellement, seule une sortie filtrée est proposée, qui tente de n’afficher que les informations significatives. Le but, serait donc de pouvoir basculer facilement entre la sortie filtrée et la sortie complète pour chaque tâche ou sous-tâche de Latexmk avec, dans la sortie complète, la mise en évidence des éléments filtrés.

Et un second objectif à 10 000 euros, qui permettrait d’améliorer l’auto-complétion des commandes LaTeX, un aperçu temps réel du résultat final, ainsi que des améliorations concernant l’éditeur de texte (mode plein écran, amélioration de la recherche et du remplacement…). Cette dernière partie serait bénéfique à d’autres projets GNOME, tels que Gedit, GtkSourceView ou GtkSpell.

Pour rappel, LaTeXila propose déjà les fonctionnalités suivantes :

  • Outils de construction : boutons personnalisables pour compiler, convertir ou visionner un document d’un seul clique. Latexmk est utilisé par défaut, mais les commandes pdflatex, dvipdf et bibtex peuvent également être utilisées.
  • Auto-complétion des commandes LaTeX.
  • Structure de document : liste de chapitres, paragraphes, figures… pour naviguer facilement dans un document.
  • Table de caractères (lettres grecques, flèches…)
  • Modèles pour créer un nouveau document : quelques modèles sont fournis par défaut (article, rapport, livre, lettre, présentation…), et vous permet d’en créer de nouveaux.
  • Gestion de projets
  • Vérification orthographique
  • Menus et barres d’outils avec les principales commandes LaTeX
  • Navigateur de fichiers intégré
  • Tout ce qu’on peut trouver dans un éditeur de texte traditionnel

On ne rappellera jamais assez l’importance des dons pour les projets libres. Avec suffisamment d’argent, plus de développeurs pourraient travailler à temps plein sur leurs projets, qui avanceraient donc beaucoup plus rapidement, pour le bien de tous.

Sortie de Shotwell 0.22

Cinq mois après la précédente version stable, une nouvelle version de Shotwell vient de sortir, mais ne contient finalement rien de particulièrement transcendant. L’interface n’a, par exemple, toujours pas été retravaillée pour répondre aux bonnes pratiques préconisées par le projet GNOME (comme la barre d’en-tête) et ne contient pas non plus de filtres pour améliorer facilement ses photos (noir et blanc, vintage…), comme a pu commencer à le faire gThumb dans sa dernière version de développement, et qu’on retrouve également dans Apple Photos. Fonctionnalité inutile pour certains, mais qui reste très demandée par le grand public.

Shotwell 0.22

Au niveau des nouveautés, nous avons donc :

  • Améliorations de l’interface utilisateur
  • Tri plus naturel des photos (photo 2 n’est plus classée après photo 10)
  • Amélioration des vignettes vidéo
  • Amélioration du support des métadonnées pour les uploads sur Facebook
  • Les recherches enregistrées supportent désormais les textes définis / non définis
  • Import du titre et du temps d’exposition quand ils sont disponibles
  • Ajout du tri par nom de fichier
  • Sans oublier les diverses corrections de bugs et mises à jour des traductions

 

Sirius, un assistant personnel libre

Sirius

Il aura fallu que je blog que Linux prenait du retard dans le domaine de l’intelligence artificielle et des assistants personnels, pour que j’apprenne aussitôt une bonne nouvelle :)

Clarity Lab et l’Université du Michigan ont récemment publié sur GitHub un projet sous licence libre (BSD) d’assistant personnel, intégrant la reconnaissance vocale, avec traitement automatique du langage naturel, la reconnaissance de formes / recalage d’images (ce qui permet de soumettre une image ou de prendre une photo avec son smartphone, et de pouvoir interroger l’assistant sur ce que l’on voit), ainsi qu’un système de questions-réponses.


Dans la vidéo de présentation, Jason Mars, le co-directeur du projet, compare Windows et Linux, tout en mettant en avant le fait que contrairement au premier, le second est modifiable à l’envi, et permet d’obtenir ce que l’on souhaite réellement. Avec Sirius, ils souhaitent offrir les même possibilités en créant une plate-forme ouverte, tout en espérant que de nombreuses universités et startup de part le monde, participeront à son développement.

Et tout comme je l’indiquais dans mon précédent billet, la co-directrice Lingjia Tang semble partager le même avis quant à nos interactions futures avec les machines qui nous entourent, actuellement contrôlées par des claviers, qu’ils soient physiques ou virtuels, comme sur les smartphones, pour quelque chose de plus naturel, comme le langage.

Il est intéressant de noter que le projet a été en parti financé par la DARPA, déjà à l’origine d’ARPANET, qui fini par devenir Internet, ainsi que par ARM, la National Science Foundation, mais également par Google, pourtant à l’origine du concurrent Google Now ;)

Plus intéressant encore, le projet n’a pas été développé de zéro, mais s’appuie en réalité sur plusieurs briques libres, telles que CMU Sphinx (développé par l’université Carnegie-Mellon) ou Kaldi pour la reconnaissance vocale, OpenCV pour la reconnaissance d’image et OpenEphyra pour le système de questions-réponses.

Par contre, je m’interroge sur la base de connaissances utilisée. Dans la vidéo, ils semblent indiquer utiliser une méthode pour extraire les réponses depuis Wikipédia, alors que Wikidata a justement été conçu pour pouvoir être facilement utilisé par les machines, tout en offrant des possibilités beaucoup plus puissantes.

Plus qu’à espérer que ce soit rapidement repris par la communauté, et qu’on le retrouve un jour sur nos distributions Linux ou sur nos smartphones Firefox OS.

Sortie de GNOME MPV 0.3

GNOME MPV 0.3

GNOME MPV est une interface graphique en GTK+ pour le lecteur multimédia mpv, qui se trouve être lui-même un fork de MPlayer (dont le développement ne semble plus très actif ces derniers temps).

Au niveau des apports de cette nouvelle version, malheureusement dépourvue de notes de version officielles, un épluchage en règle des différents commits depuis la précédente version semble indiquer l’implémentation d’une barre d’en-tête (une option pour revenir à un menu plus traditionnel est néanmoins présente), l’ajout d’une option pour désactiver le thème sombre, ainsi que la possibilité de glisser-déposer des éléments sur la liste de lecture. Et pour finir, le support de l’internationalisation, même si aucune traduction française n’est pour le moment disponible.