Gérez facilement vos dossiers d’applications

Il y a peu, je signalais à quel point je trouvais que la gestion des dossiers d’applications laissait à désirer. Surtout au vu de la simplicité déconcertante que peuvent offrir certains systèmes concurrents sur une telle fonctionnalité.

Alors non, il n’y a malheureusement rien de nouveau à annoncer vis-à-vis du futur GNOME 3.26, mais vous connaissez la chanson. Il y a toujours une extension pour combler les manques :p

Appfolders Management v2

Après son fort pratique Emoji Selector, Maestroschan revient donc avec un tout nouveau projet, Appfolders Management, qui permet, et c’est sa principale qualité, de pouvoir enfin gérer les dossiers d’applications directement depuis la vue d’ensemble des activités. Ça ne se fera malheureusement pas à coup de glisser déposer, bien que son auteur semble garder espoir que ce soit un jour faisable, mais à l’aide d’un simple clique droit sur l’icône d’une application.

Depuis son menu contextuel, vous pourrez donc ajouter ou retirer une application d’un dossier existant ou en créer un nouveau. Tout comme vous pourrez également renommer ou supprimer les dossiers d’applications. Cerise sur le gâteau, depuis les préférences de l’extension, vous pourrez également modifier le nombre maximal de colonnes.

Alors, même si tout n’est pas encore parfait, ça reste un sacré pas en avant en terme de simplicité.

Puis histoire de conclure en musique, Alex Diavatis nous a concocté une petite vidéo démonstrative.

Insérer rapidement des emojis

De nos jours, les emojis sont partout. Sur nos smartphones, les différentes messageries, les réseaux sociaux… À tel point que Sony Pictures à même prévu de leur consacrer un film d’animation : Le Monde secret des Emojis 😂

Que ce soit sur macOS, Android ou iOS, il n’y a rien de plus simple que d’insérer ces petites images. Même Microsoft a enfin décidé de faciliter leur usage en incluant dans la Build 16215 de Windows 10 un sélecteur d’emojis invocable par l’utilisateur depuis n’importe quelle zone textuelle.

Mais qu’en est-il de notre plateforme ? Les développeurs de GNOME se sont bien penchés sur la question, mais malheureusement, rien n’a encore été implémenté 😥

Qu’à cela ne tienne ! Vous l’aurez sans doute deviné, il existe encore une extension pour combler cette lacune 😄

Une fois installée, Emoji Selector se place dans la barre supérieure et permet de parcourir plusieurs centaines d’emojis classées par catégories : émoticônes et personnes, nature, nourriture et boisson, activités et sports, voyages et lieux, objets, symboles, drapeaux…

Emoji Selector v3

Il n’y a qu’à cliquer sur l’emoji qui nous intéresse pour que cette dernière soit automatiquement copiée dans le presse-papier. Puis de retour dans notre application, il n’y a plus qu’à la coller et le tour est joué. Alors oui, ce n’est pas aussi bien intégré que si c’était directement proposé par GNOME, où une simple sélection insérerait automatiquement l’emoji au bon endroit, mais c’est toujours mieux que d’apprendre la table Unicode par cœur 😁

Il est par contre bien dommage que les emojis soient affichées sous leur forme monochrome plutôt que dans leur version colorée, bien plus simple à identifier. Firefox ayant de son côté choisi d’inclure la fonte Emoji One pour remédier à ce problème. Dommage également que l’on ne puisse pas effectuer de recherche, souvent bien plus rapide que de chercher visuellement l’emoji dont nous avons besoin.

Au niveau des options, plutôt succinctes, nous pouvons choisir d’afficher ou non une liste d’emojis récemment utilisées, ainsi que la taille des emojis et leur nombre par ligne.

Ça fait son office, mais on peut tout de même espérer voir GNOME rapidement combler son retard. Et il se trouve justement que cet été, notre projet préféré fêtera ses vingt ans. Ça serait génial que durant le GUADEC 2017, il y ait un petit hackathon pour implémenter tout ça. Puisque que serait un anniversaire sans toutes ces emojis joyeuses et colorées ? 🐧 🎂 🎁

Dash to Dock prend désormais en charge le multi-écran

La version 59 de l’extension Dash to Dock vient de sortir et offre enfin la possibilité d’afficher le dock sur tous vos écrans. Par contre, comme l’indique le développeur, il ne faut pas s’attendre pour le moment à pouvoir configurer le dock indépendamment sur chaque écran, ce dernier étant affiché à l’identique sur chacun d’eux. Ajoutons que l’isolation des espaces de travail par écran est également prise en compte.

Une nouvelle option fait également son apparition dans les actions possibles lorsque l’on clique sur une icône, Minimiser ou lancer l’exposé. Quand une application n’a qu’une fenêtre à l’écran, cette dernière est minimisée ou restaurée, mais quand plusieurs fenêtres d’une même application sont ouvertes, alors on bascule sur la vue d’ensemble des activités pour choisir plus facilement la fenêtre qui nous intéresse. Il est par contre dommage de constater que la vue d’ensemble affiche l’ensemble des fenêtres des différentes applications, alors qu’on aurait préféré ne voir que celles relatives à notre application.

Plusieurs problèmes ont également été corrigés, comme l’impossibilité d’afficher les préférences de l’extension chez certains utilisateurs, un souci de mise à l’échelle sur les écrans HiDPI ou le tiroir de messagerie qui n’était plus accessible si le dock empiétait sur l’emplacement de ce dernier.

Ajout d’un mode Picture in Picture

Cette fonction, proposée sous forme d’une extension, Window Corner Preview, permet d’intégrer dans un coin de l’écran une fenêtre que l’on souhaite continuer à suivre pendant que l’on fait autre chose, tout en restant toujours au-dessus des autres fenêtres. Il s’agit en général d’une vidéo.

Et à vrai dire, sur bien des plateformes qui proposent déjà une telle fonctionnalité (Windows 10 le permet depuis la Creators Update), cette dernière est généralement limitée à ce domaine (lecteur vidéo, vidéo YouTube, visioconférence avec Skype…).

Natoo et Léa font les fofolles dans le mode Picture in Picture

Ici, la fonction est bien plus généraliste et vous permet d’afficher n’importe quelle fenêtre. Que ce soit une vidéo YouTube, un appel Skype, l’avancement d’un rendu 3D ou une présentation sans grand intérêt. À l’inverse du Compact Overlay de Windows 10, les différentes applications n’ont ici pas besoin d’implémenter quoi que ce soit pour se voir afficher sous forme de vignette.

Les options sont pour le moment plutôt succinctes. Vous pouvez choisir la fenêtre que vous souhaitez afficher puis choisir la taille de la vignette. De passer votre curseur au-dessus de cette dernière la rendra semi-transparente pour que vous puissiez voir ce qu’il y a en dessous.

Vous pouvez également choisir le coin de l’écran que vous préférez, mais cette possibilité gagnerait à être simplifiée. Pour le moment, un clique gauche envoi la vignette vers le coin opposé, un clique milieu la déplace dans le sens antihoraire et un clique droit dans le sens horaire.

Pour le reste, ça fait son boulot, et il est toujours agréable de voir arriver de nouvelles extensions toujours plus diversifiées.

Nouvelle version du script GNOME Layout Manager

Nous en avions parlé à sa sortie, mais GNOME Layout Manager possédait alors un certain nombre de limitations qui pouvaient être bloquantes, comme l’impossibilité de pouvoir sauvegarder votre configuration pour facilement revenir en arrière. Les dispositions Windows et macOS étaient également plutôt succinctes et se limitaient surtout à l’installation d’un dock ou d’un panel.

Mais le projet a continué son petit bonhomme de chemin et en tout juste un mois, bien qu’aucune version stable ne soit encore officiellement proposée, GNOME Layout Manager a finalement comblé quasiment toutes ses lacunes. Nous pouvons désormais sauvegarder et recharger une configuration existante, tout comme nous pouvons facilement revenir sur un GNOME à la vanille (thème par défaut et désactivation des différentes extensions).

GNOME Layout Manager

Les dispositions Windows et macOS sont désormais bien plus complètes (thèmes de fenêtres et d’icônes adaptés, fond d’écran, position des boutons de la barre de titre…) et de nouvelles extensions font également leur apparition, comme celle offrant une barre de menu global avec la disposition Unity.

La disposition Unity
La disposition Unity avec la barre du menu global
La disposition macOS
La disposition Windows 10

Nous pouvons donc désormais recommander ce script pour les personnes n’appréciant pas GNOME dans sa configuration par défaut et qui n’auraient pas le temps ou l’envie de le customiser par eux-mêmes.

Tout juste pouvons nous regretter qu’il ne soit pas encore possible d’exporter nos propres configurations sous une forme facilement partageable.

Extensions autour du réseau

Voici une courte liste d’extensions permettant d’afficher des informations ou de mieux gérer votre réseau.

Disconnect Wifi

Ajoute une option dans le menu système permettant de se déconnecter du Wi-Fi. En cas de déconnexion, affiche une option pour se reconnecter.

IP Finder

IP Finder 2.0

Affiche votre adresse IP publique et certaines informations associées (nom d’hôte, pays, AS block…) qui peuvent être utiles en cas d’utilisation d’un VPN.

Vous pouvez choisir où afficher les informations (gauche, centre, droite) et opter pour n’afficher que le drapeau du pays auquel est rattachée votre adresse.

Proxy Switcher

Permet de basculer rapidement entre les différents proxy que vous auriez configurés dans les paramètres réseau.

Simple Net Speed

Affiche la vitesse de votre connexion. Un clique gauche permet de basculer entre les différents modes :

  • vitesse totale en bits
  • vitesse totale en bytes
  • vitesse montante et descendante en bits
  • vitesse montante et descendante en bytes
  • Téléchargement total en bytes (un clique droit permet de réinitialiser le compteur)

Ubuntu aimerait connaître votre avis

Logo Ubuntu

OMG! Ubuntu! a récemment pu s’entretenir avec Ken VanDine, membre de l’équipe en charge du poste de travail chez Ubuntu, pour tenter d’en apprendre un peu plus sur ce que nous réservera Ubuntu 17.10, première version à (re)proposer GNOME par défaut en lieu et place d’Unity.

La première question étant de savoir si Ubuntu comptait bel et bien proposer un GNOME à la vanille comme avait pu l’indiquer Mark Shuttleworth, ou si un certain nombre d’extensions seraient proposées par défaut. Mais apparemment, rien d’aussi radical ne serait prévu. Tout juste peut on s’attendre à quelques ajustements ci ou là. Néanmoins, Ubuntu aimerait bien connaître votre avis sur une série d’extensions. Rien n’est donc définitif.

Par contre, une chose est sûre, il n’y aura pas, dans l’immédiat, de HUD ou de barre du menu global.

Question design, il n’y aura pas de nouveau thème ou d’icônes pour la version 17.10, mais rien n’est exclut pour la version 18.04. Pour le moment, le gros du travail concerne l’adaptation du thème Ambiance aux décorations côté client (CSD) et à la suppression des patchs Ubuntu qui retiraient cette fonctionnalité dans les différentes applications GNOME.

Pour rester sur la question des patchs, il a également été demandé si Ubuntu comptait en garder certains, comme la recherche type ahead dans Fichiers. Pour le moment, ils suppriment les patchs qui apportent des dépendances aux technologies Ubuntu, comme les comptes en ligne d’Ubuntu, les bibliothèques d’Unity, etc. À terme, ils devraient supprimer le plus de patchs possible pour pouvoir travailler directement en amont avec les développeurs GNOME, évitant ainsi de futures modifications propres à la distribution.

La question du choix des applications proposées par défaut a également été abordée, Ubuntu ne pré-installant pas, par exemple, Météo, Cartes ou Polari. Mais pour le moment, ils n’ont encore rien décidé.

Quant à la version de GNOME qui sera proposée, même si, là encore, rien n’a été décidé, ils aimeraient proposer la version 3.26. Ça serait une bonne chose qu’Ubuntu propose à nouveau les dernières versions de GNOME. Sur l’adoption de Wayland, le plan est toujours de le proposer par défaut avec la version 17.10, histoire d’avoir quelque chose solide à proposer pour la future version LTS.

S’ensuit une petite question pour savoir s’ils sont au courant d’éventuels problèmes de compatibilité ou de performance. Et apparemment, ils auraient eu des rapports mitigés. Pour certains, GNOME Shell serait plus rapide, quand d’autres signalent qu’il est plus lent. La bonne nouvelle, c’est qu’ils sont mis des développeurs sur le coup pour investiguer sur ces questions, ainsi que sur les problèmes relatifs aux écrans HiDPI.

La dernière question portait sur la mise à niveau vers Ubuntu 17.10 d’une version basée sur Unity. Les amateurs de cet environnement seront heureux d’apprendre qu’Unity restera installé et que GNOME sera disponible comme option lors de la connexion.

Et pour finir, Ubuntu aimerait donc connaître votre avis (un simple vote allant de 1 à 5) sur une série d’extensions. Mais ça ne va pas plaire à tout le monde, le formulaire nécessitant une connexion à un compte Google.

  • Dash to Dock : ajout d’un dock sur le bureau permettant de lancer des applications ou de basculer entre ces dernières sans avoir besoin de passer par la vue d’ensemble des activités.
  • Impatience : augmente la vitesse des animations GNOME.
  • No Topleft Hot Corner : désactive le coin chaud situé en haut à gauche de l’écran qui permet d’accéder à la vue d’ensemble des activités.
  • Alternate Tab : remplacement du raccourci Alt+Tab qui ne regroupe pas les fenêtres par application.
  • Applications Menu : menu principal plus traditionnel, avec classement des applications par catégories.
  • Better Volume Indicator : affichage visuel de la barre de volume quand on fait défiler la molette de la souris au dessus de l’indicateur de son, tout en permettant une rapide mise en sourdine à l’aide d’un simple clique.
  • TopIcons Plus : permet de déplacer les icônes de notifications du tiroir de messagerie vers la barre supérieure.

Ainsi qu’une question bonus pour savoir si vous préférez les boutons de la barre de titre sur la gauche ou sur la droite.

Améliorer votre productivité avec des sons d’ambiance

Photo de Jovan Cormac (Creative Commons BY-SA 3.0)

Pour travailler efficacement, on a tous nos préférences. Certains ne peuvent se passer de musique quand d’autres préfèrent le calme. Mais parfois, le silence peut se faire pesant et on aimerait bien un peu de vie.

Il existe bien évidemment un certain nombre de sites web, tels que Noisli, qui se propose d’améliorer notre concentration et d’augmenter notre productivité en diffusant des sons d’ambiance. On peut écouter le bruit de la pluie, d’un orage, du vent, de l’eau qui coule, des vagues, du feu, les sons d’une nuit d’été, du train qui passe ou le brouhaha d’un café. L’intensité de chaque son peut être réglée indépendamment et on peut superposer différents bruits dans le but d’obtenir l’ambiance idéale.

On peut également citer Tabletop Audio, orienté jeu de rôle, qui propose d’écouter les ambiances d’un vieux port, d’une nuit orageuse, d’une bataille médiévale, de différentes forêts (vierge, hantée, lugubre…), du Londres Victorien, d’un blizzard et tant d’autres encore. Point positif, le site permet le téléchargement des sons (sous licence Creative Commons BY-NC-ND) et propose un mode hors-ligne.

Focusli 0.2

Mais quel rapport avec GNOME, me direz-vous ? Il se trouve que le développeur Felipe Borges vient de sortir une toute nouvelle extension, Focusli, qui repose sur le même principe que Noisli : proposer une sélection de sons d’ambiance (plutôt courte pour le moment) : vent, pluie, feu de camp, nuit d’été, café, bruit blanc ; tout en permettant de superposer les sons et de régler leur volume indépendamment.

Les différents sons, sous licence libre, proviennent du site SoundBible. Une connexion Internet est nécessaire pour le téléchargement initial et la mise en cache, mais vous pourrez ensuite l’utiliser sans problème en étant hors-ligne.

Vous pouvez également ajouter vos propres sons en éditant le fichier ~/.local/share/gnome-shell/extensions/focusli@feborg.es/sounds/database.json