Les nouveautés de Fichiers 3.22

Le développeur Carlos Soriano Sánchez a récemment publié un long billet de blog récapitulant les principales nouveautés de Fichiers (Nautilus). Nous pouvons donc profiter de l’occasion pour découvrir ensemble tout ce que nous réserve cette future version.

Pré-version oblige, l’interface n’a pas encore été entièrement traduite. Ne vous affolez donc pas trop en voyant les captures d’écran :p

Renommage en masse

Il n’y aura désormais plus besoin de renommer des lots de fichiers en ligne de commande ou en passant par un outil externe, puisque Fichiers pourra enfin gérer tout ça de lui-même.

Renommage en masse dans Fichiers (version de développement)

Encore mieux, quand les fichiers posséderont des métadonnées, Fichiers pourra les réutiliser. Pratique quand on souhaite renommer des fichiers musicaux en indiquant les numéros de pistes, nom de l’artiste, titres de l’album et des morceaux. Ou, dans le cas de photographies, quand on souhaite ajouter les dates de prise de vue.

Renommage de fichiers musicaux dans Fichiers (version de développement)

Comme on peut le voir dans la capture ci-dessus, en fonction des métadonnées disponibles, il suffit de sélectionner les différents éléments qui nous intéressent, puis d’ajouter des espaces, tirets ou tout ce que l’on veut, pour obtenir facilement le résultat souhaité.

Le renommage d’un album devient on ne peut plus facile (version de développement)

Intégration des fichiers compressés

Jusqu’à présent, Fichiers passait par le Gestionnaire d’archives (File Roller) quand il s’agissait de traiter des fichiers compressés, ce qui rendait l’intégration impossible. Par exemple, Fichiers ne pouvait pas indiquer l’avancement des opérations de compression / décompression, ne pouvait pas non plus annuler ou rétablir une opération, et encore moins permettre la fermeture de l’application tout en laissant l’opération se poursuivre… Vous l’aurez compris, c’est désormais faisable.

Création d’une nouvelle archive

Une nouvelle bibliothèque, gnome-autoar, a pour cela été créée. Il est d’ailleurs prévu qu’elle soit réutilisée par la suite dans d’autres applications, tel que le navigateur ou le client de messagerie.

Bien évidemment, l’option est désactivable et vous pourrez continuer d’utiliser le Gestionnaire d’archives si vous le souhaitez. Ce dernier continuera de toute façon de proposer bien plus d’options (nombre de formats pris en charge, archives protégées par mot de passe, taux de compression…).

Mais le fait que Fichiers puisse ainsi gérer les fichiers compressés rend les opérations de base sur ces derniers bien plus simples pour les débutants. Par exemple, de double cliquer sur un fichier compressé extraira son contenu dans un nouveau dossier au nom de l’archive, sans que l’utilisateur n’ait besoin de comprendre la notion même d’extraction.

L’état d’avancement d’une compression en cours (version de développement)

Réorganisation des menus

Lors de récents tests d’utilisabilité, les développeurs ont pu constater que les menus posaient un certain nombre de problèmes. L’équipe de design a donc retravaillé tout ça. Il y a désormais un bouton dans la barre d’en-tête pour pouvoir basculer directement entre les deux vues, grille et liste. Le menu hamburger a quant a lui été complètement réorganisé, en rassemblant toutes les options.

Le curseur de zoom ayant rencontré le plus d’échecs lors des tests d’utilisabilité, les développeurs ont décidé de reprendre la même approche que le navigateur Firefox, en proposant des boutons – et +.

Le nouveau menu hamburger de Fichiers (version de développement)

Par contre, il semblerait qu’en mode grille, le tri par nom ait été remplacé par deux options, A-Z puis Z-A, cette dernière représentant un tri inversé. Sauf que jusqu’à présent, on pouvait appliquer le tri inversé aux tris par taille ou type, qui semble désormais réservé au seul tri par nom.

Séparation de la gestion du bureau de Fichiers

Tout le monde ne le sait pas forcément, mais c’est le gestionnaire de fichiers de GNOME qui gère la fenêtre du bureau depuis de très nombreuses années. Et durant tout ce temps, de nombreux hacks se sont accumulés, rendant la maintenance du projet ou l’ajout de nouvelles fonctionnalités bien plus difficile. Après un an de travail, la gestion du bureau est désormais séparée de Fichiers. Premier résultat tangible, si le bureau plante, il n’emporte plus Fichiers avec lui :D

Ce dernier changement semble également avoir permis l’implémentation d’une vue adaptative pour la représentation des fichiers (démo vidéo d’un vieux prototype). Néanmoins, comme le curseur de zoom a été supprimé et que l’on ne peut pas choisir nous-même la taille, j’ai l’impression que ça a perdu de son intérêt. Ou alors, c’est typiquement le genre de détail qui m’échappe :)

Meilleure création de dossier depuis une sélection

Quand on sélectionne plusieurs fichiers, on peut créer un « Nouveau dossier contenant la sélection ». Désormais, Fichiers recherchera s’il existe un préfixe commun pour l’utiliser comme nom par défaut.

Le nom de dossier a été proposé automatiquement par rapport au nom des fichiers

Masquage de la barre flottante au survol de la souris

La barre flottante permet d’afficher des informations sur une sélection d’éléments au bas de la fenêtre de Fichiers. Malheureusement, quand la fenêtre contient trop de fichiers, il arrive que la barre flottante cache les noms de fichiers ou les informations des différentes colonnes. Désormais, et on peut dire que c’était vraiment tout bête, quand on passera le curseur au-dessus de la barre flottante, cette dernière disparaîtra, permettant ainsi de voir les informations cachées :)

Barre flottante
nautilus_321i
On déplace le curseur et hop, plus de barre flottante :p

Je dois avouer que cette nouvelle version me donne particulièrement envie. Aussi bien concernant les grosses nouveautés comme le renommage en masse, que pour les changements moins conséquents, comme le bouton pour pouvoir changer rapidement de vue ou cette barre flottante qui m’a maintes fois particulièrement gonflé :D

13 réflexions au sujet de « Les nouveautés de Fichiers 3.22 »

  1. Je trouve que depuis la 3.18 Nautilus évolue vraiment dans le bon sens. Encore une fois dans cette version c’est l’application qui à le plus grand nombre d’amélioration.
    Seul Logiciels apportent autant de nouvelles choses.
    J’ai hâtes de pouvoirs tester cette version 3.22.

    1. Carlos Soriano sur Nautilus et Richard Hughes sur Logiciels sont payés à plein temps par Red Hat pour bosser sur ces deux applications. Comme quoi, suffirait d’embaucher encore quelques développeurs pour bosser sur d’autres applications et tout irait infiniment mieux.

  2. Sympa, mais moi de mon côté il ne sauvegarde même pas mes préférences en matière d’affichage (compact, icones etc..)
    C’est dommage.. sinon prochaines fonctions prometteuses.

  3. salut,
    moi ce qui me manque dans nautilus, c’est l’affichage du poids d’un dossier lorsqu’il est sélectionné dans la barre flottante. Il y a bien le nombre de fichiers, ok cool, mais le poids total du dossier…. alors que dans d’autres distributions c’est indiqué par défaut…. (ou alors je n’ai pas vu l’option à cocher quelquepart)

    1. Je n’ai malheureusement jamais vu une telle option. En palliatif, si le pré-visualiseur Sushi est installé, quand le dossier est sélectionné, il suffit d’appuyer sur la barre espace pour obtenir rapidement les infos sur le dossier, dont le poids de ce dernier. Mais c’est certain que ça serait mieux de l’afficher directement dans la barre d’état.

      1. @Okki
        merci pour ce tuyau, j’utilisais sushi en tant que prévisualisation de fichier mais je ne l’ai jamais utilisé sur un dossier !!!! merciiii!

  4. Au sujet de gnome-disk mon avis est trés réservé: par exemple, il m’indique « LE DISQUE VA PROBABLEMENT BIENTÔT TOMBER EN PANNE (40 ℃ / 104 ℉) » or j’ai effectué un fsck complet sur le disque, depuis j’ai écrit 8 Go de données et btout va trés bien; il est le seul à alerter. Je soupçonne qu’il se fie à un log qui n’a peut être pas mis à jour… Quand j’aurai le temps je vais jeter un coup d’oeil sur sa façon de fonctionner. Mais pour l’instant je ne lui fais pas confiance.

    1. Ça utilise les données S.M.A.R.T. fournies par le disque dur. Pour se faire, Disques dépend de udisks, qui lui-même dépend de libatasmart, bibliothèque qui sert à lire les infos S.M.A.R.T. J’imagine que sous Linux, tous les outils doivent faire à peu près la même chose.

      Tu peux également faire des tests en ligne de commande avec sudo smartctl -a /dev/sdX, histoire de voir si tu obtiens les mêmes résultats (doc Ubuntu en français et Arch plus complète en anglais).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *