Comment retrouver facilement votre souris à l’écran

Pour les personnes malvoyantes ou celles possédant plusieurs écrans avec de hautes résolutions, il peut être « facile » de perdre l’emplacement du pointeur de sa souris. Pour vous aider à le retrouver, GNOME dispose d’une option qui va créer une animation visuelle autour du pointeur.

Pour se faire, il faut tout d’abord lancer l’Outil de personnalisation, vous rendre dans l’onglet Clavier et souris, puis activer l’option Montrer l’emplacement du pointeur.

Option permettant de montrer l’emplacement du pointeur

Une fois l’option activée, une simple pression de la touche Ctrl va lancer l’animation.

Augmenter la taille du pointeur de la souris

Pour les personnes malvoyantes ou qui souhaiteraient un peu plus de confort, il peut être utile d’augmenter la taille du pointeur de la souris.

Malheureusement, aucune option ne permet de personnaliser facilement le pointeur, et il faudra donc passer par l’outil dconf-editor, vous rendre dans org.gnome.desktop.interface, puis modifier la clé cursor-size, en choisissant par exemple une taille de 36, 48 ou 64, selon que vous souhaitez votre pointeur plus ou moins gros.

Configuration de la taille du pointeur dans dconf-editor

Si vous préférez la ligne de commande, vous pouvez utiliser directement

gsettings set org.gnome.desktop.interface cursor-size 48

En prenant soin de remplacer la valeur 48 par la taille de votre choix.

Une fois la modification effectuée, pour que le changement soit pris en compte, il faudra relancer GNOME, soit en redémarrant votre système, soit en utilisant le raccourci clavier Alt-F2 puis r.

Un curseur de taille 64

Sortie de GStreamer 1.6

Logo GStreamer
Après plus d’un an de développement, l’équipe de développement de GStreamer vient de publier la version 1.6 du framework multimédia utilisé par les différentes applications GNOME.

Parmi les principales nouveautés, nous noterons la prise en charge des vidéos stéréoscopiques et multi-vue, des améliorations concernant l’API V4L2, le décodage et le transcodage H.265 (par le biais de x265 et libav / libde265), de nouvelles sorties (sinks) QML (basée sur OpenGL), GTK GL et Core Animation, la prise en charge de l’OpenGL 3 (contextes multiples et propagation de contexte, vidéo 3D…), un nouveau greffon DTLS, la réécriture complète de la prise en charge de la carte de lecture et d’acquisition Blackmagic Design: DeckLink (avec prise en charge des formats 2K/4K)… ainsi que de nombreuses autres améliorations et la correction de plus de 1400 bugs.

Vous pouvez consulter le changelog complet (en anglais) sur le site officiel.

Revue de presse GNOME 3.18

Petit récapitulatif des différents sites qui ont abordé la sortie de la dernière version de notre environnement préféré :

Presse francophone

Presse anglophone

Sortie de GNOME 3.18

Ça y est. Le tout nouveau GNOME 3.18 est disponible.

Parmi les nombreuses nouveautés, nous pouvons citer l’intégration de Google Drive, les nombreuses améliorations apportées à Fichiers (nouvel emplacement pour bénéficier d’une vue d’ensemble des emplacements locaux et distants, un nouveau système pour visualiser l’état d’avancement des opérations longues, comme la copie ou le déplacement de nombreux fichiers…), à l’Agenda (gestion de calendrier), à Logiciels (capacité à pouvoir mettre à jour les micro-logiciels)…

Sans oublier l’ajustement automatique de la luminosité de l’écran pour les ordinateurs équipés d’un capteur de lumière, l’utilisation du pavé tactile multipoint, une meilleure gestion du tactile, et bien plus encore.

Mais je ne vais pas refaire les notes de version, qui ont été traduites en français et que je vous invite à lire.

GNOME 3.18 offrira une prise en charge de Google Drive

Six ans après que Thibault Saunier ait commencé à travailler sur la prise en charge de Google Docs dans le cadre du Google Summer of Code 2009, et plusieurs années après que Google ait annoncé travailler sur un client Linux qui ne vit jamais le jour, Debarshi Ray repris le code fin 2014 et passa près d’une année à travailler dessus avant de pouvoir proposer une première version fonctionnelle de la prise en charge de Google Drive.

Une première version néanmoins incomplète, puisque le mode hors ligne n’est pas encore implémenté, et nécessitera donc une connexion à Internet pour pouvoir synchroniser et accéder à vos fichiers.

Mais une fois votre compte Google ajouté aux Comptes en ligne, en plus des traditionnels courriels, agendas, contacts, documents, photos et imprimantes, vous aurez désormais la possibilité d’accéder à vos fichiers stockés dans le service en ligne de Google.

Une fois l’option activée, un nouveau système de fichiers distant est automatiquement ajouté dans Fichiers, vous permettant d’accéder à tous vos fichiers, vignettes incluses, et de pouvoir les ouvrir dans vos applications par défaut. Les photos le seront dans le Visionneur d’images, les PDF dans le Visionneur de documents et les vidéos… dans Vidéos. En dehors des applications GNOME, il faudra bien évidemment que les applications concernées soient compatibles avec l’API GIO. Quant aux fichiers Google Docs, ils ouvriront Google Documents dans votre navigateur, sans qu’il n’y ait besoin de les télécharger au préalable.

L’envoi est également possible. Il suffit pour cela de déplacer ou de sauvegarder un fichier dans le système de fichiers Google Drive, pour que GNOME l’envoi sur votre compte en ligne.

Par contre, la création de nouveaux dossiers n’est pas encore possible, et il faudra sans doute attendre GNOME 3.20 pour que l’expérience soit pleinement fonctionnelle.

La fondation GNOME adhère au Manifeste des données utilisateur 2.0

Ces dernières années, Microsoft a fait de gros progrès en ce qui concerne la stabilité et la sécurité de ses produits. Dans le même temps, le logiciel libre a également énormément progressé en termes d’ergonomie et de simplicité d’utilisation. À tel point que de nos jours, les offres sont sensiblement identiques des deux côtés, et la bataille se joue désormais sur les questions de respect de l’utilisateur, de sa vie privée, et du contrôle de ses données.

C’est dans cet esprit que la version 2.0 du Manifeste des données utilisateur (User Data Manifesto) a été annoncée le 29 août, lors de la conférence des contributeurs d’ownCloud qui se déroulait à Berlin. Cette nouvelle version, plus claire et concise, définit le droit fondamental au respect de la vie privée à l’ère du numérique, et les différents droits auxquels devraient pouvoir prétendre chaque utilisateur :

Le contrôle des données. Les données volontairement envoyées par l’utilisateur devraient rester sous le contrôle ultime de l’utilisateur. Les utilisateurs devraient être en mesure de pouvoir décider à qui accorder un accès direct à leurs données, ainsi que les conditions et la licence accordées pour un tel accès.

Savoir comment les données utilisateur sont stockées. Lorsque les données utilisateur sont envoyées vers un fournisseur de service spécifique, les utilisateurs devraient être informés de la localisation géographique où le fournisseur de service sauvegarde les données, dans quelle juridiction le fournisseur de service opère, ainsi que les lois qui y sont appliquées.

La liberté de choisir une plate-forme. Les utilisateurs devraient toujours être en mesure de pouvoir récupérer leurs données à tout moment, sans subir le moindre enfermement propriétaire. Des standards ouverts pour les formats de fichiers et les protocoles sont nécessaires pour pouvoir offrir de telles garanties.

Et comme l’indique la fondation dans son communiqué, « GNOME est fier de supporter le Manifeste des données utilisateur, et espère que d’autres projets feront de même. En tant que projet de logiciel libre, GNOME a travaillé dur pour faire en sorte que chacun puisse avoir accès à une plate-forme qui leur redonne le contrôle de leurs ordinateurs et de leurs données. Et puisque de plus en plus de données personnelles sont désormais sauvegardées dans le cloud, il est crucial que les utilisateurs sachent où sont stockées leurs données, et qu’ils puissent y accéder avec des logiciels libres et open source. »

Sortie du thème d’icônes Xenlism WildFire 1.0

Nattapong Pullkhow vient d’annoncer la disponibilité de son thème d’icônes, très coloré et rondouillet, inspiré de MeeGo et d’iOS.

Thème Arc + Xenlism WildFire 1.0
GNOME Shell avec Xenlism WildFire 1.0

Pour le moment distribué sous licence non libre Creative Commons 4.0 BY-NC-ND, son auteur promet un passage sous licence libre une fois les 1000 dollars de financement atteints.