Sortie d’EasyTAG 2.4.0

EasyTAG 2.4.0

EasyTAG est un éditeur de métadonnées pour les fichiers audio. L’application gère la majorité des formats audio, le taggage automatique, prend en charge les bases de données CDDB, freedb et MusicBrainz, permet de créer des listes de lecture…

Parmi les nouveautés apportées par cette nouvelle version, nous pouvons citer :

  • Ajout d’une extension Nautilus pour pouvoir accéder aux différentes actions directement depuis le menu contextuel du gestionnaire de fichiers
  • Suppression de la prise en charge de GTK+ 2, l’application est désormais uniquement en GTK+ 3
  • Utilisation de GSettings pour l’enregistrement des préférences utilisateur
  • Mise à jour de la liste des genres musicaux ID3v1
  • Prise en charge du renommage sur les systèmes de fichiers non sensibles à la casse
  • Ajout des types MIME Opus et Speex dans le fichier desktop
  • Ajout de .m4v en tant qu’extension MP4 prise en charge
  • Par défaut, l’écriture des métadonnées se fait désormais en ID3v2.3 ou ID3v2.4 plutôt qu’en ID3v1
  • Amélioration de la prise en charge des métadonnées ID3v2 avec les fichiers Ogg
  • Prise en charge des métadonnées Artiste de l’album pour les fichiers WavPack et APE
  • Prise en charge préliminaire des écrans HiDPI
  • Sauvegarde de la position des différentes sections de la fenêtre principale

Ainsi, bien évidemment, qu’un grand nombre de correctifs, d’améliorations diverses et de mises à jour de traductions.

Test de Manjaro GNOME 0.8.13.1

Manjaro Linux est une distribution de type rolling release basée sur Arch Linux, qui se différencie de cette dernière en proposant une installation simplifiée, un environnement de bureau et des applications pré-installés, ainsi que tout le nécessaire pour obtenir un système pleinement fonctionnel dès le départ.

Le tout, en misant également sur une meilleure stabilité en ne proposant pas trop rapidement les dernières nouveautés présentes dans Arch, et en privilégiant certains composants jugés plus stables.

Installation

Dès l’amorçage du média d’installation, nous avons tout d’abord le choix entre un démarrage standard ou accompagné de pilotes non libres. La distribution démarre ensuite en mode live CD, permettant ainsi à l’utilisateur de tester la compatibilité du matériel et de se faire une première idée avant de lancer l’installation.

Et comme pour la précédente version de Manjaro, nous sommes prévenus de la disponibilité de mises à jour et de nouvelles traductions, qui nécessitent malheureusement toujours l’utilisation d’un mot de passe que nous ne possédons pas. Nous pouvons donc nous poser la question de la pertinence de perturber inutilement les utilisateurs, sachant que nous sommes de toute façon toujours en mode live CD…

Une fois l’installation lancée, nous choisissons notre langue, avant que l’installeur ne nous rappel qu’il est toujours en version beta, et que le RAID, les sous-volumes Btrfs ou d’autres configurations avancées ne seront pas correctement gérées.

L’installeur de Manjaro GNOME 0.8.13.1

Les boutons Close, Back et Forward, qui devraient normalement être traduits Fermer, Précédent et Suivant, sont étrangement nommés Pres / Retour / Avant, dont l’utilisateur peinera sans doute à comprendre la signification du premier, à moins de cliquer malencontreusement dessus.

Nous pouvons ensuite sélectionner notre emplacement géographique, notre fuseau horaire et la disposition du clavier (les deux derniers étant correctement pré-configurés en fonction du pays). Vient ensuite le type d’installation, qui nous permet de formater l’intégralité du disque ou de le partitionner, ainsi que de chiffrer notre partition, d’utiliser LVM ou de placer le dossier /home sur une partition ou un volume différent. Il ne reste plus qu’à créer un compte utilisateur, et l’installation se termine déjà.

Une fois le système redémarré et dès l’arrivée sur le bureau, rolling release oblige, le gestionnaire de mises à jour nous propose déjà 199 mises à jour, pour un total de 565 Mo.

Une seconde notification signale quant à elle la possibilité d’installer des traductions supplémentaires, incluant celle de Firefox et des dictionnaires francophones. Malheureusement, ils n’ont pas pensé à proposer également le paquet libreoffice-still-fr, que l’utilisateur devra installer manuellement s’il souhaite que la suite bureautique soit traduite en français.

Par contre, aucune trace de l’assistant de première utilisation de GNOME, qui aurait pourtant pu permettre à l’utilisateur de configurer ses paramètres de confidentialité et ses éventuels comptes en ligne.

Système

La distribution est livrée par défaut avec le noyau Linux 3.18.20 qui bénéficie d’un support long (LTS). Au besoin, le gestionnaire de paramètres de Manjaro permet d’installer facilement la dernière version stable, ainsi que d’anciennes versions LTS. Le gestionnaire de paramètres permet également d’installer tout aussi facilement les pilotes propriétaires, tels que ceux de la carte graphique.

La gestion des noyaux sous Manjaro

Nous avons par contre beaucoup plus de mal à comprendre l’intérêt d’autres options, telles que la gestion de la langue, des comptes utilisateurs, de l’heure et de la date; ou encore du clavier, qui font doublon avec ce que proposent déjà les paramètres de GNOME. Pire encore, la disposition du clavier est correctement configurée côté Manjaro, mais a été laissée en anglais côté GNOME. Et bien que ça ne semble avoir aucune incidence sur la configuration du système, il est tout de même perturbant de se retrouver avec deux centres de configuration, quand celui de GNOME est, qui plus est, bien plus complet et facilement accessible.

Pour le reste, la distribution suivant un développement en continu, elle propose les dernières versions de systemd (224 au moment du test), Mesa (10.6.5), et autres technologies sous-jacentes.

En ce qui concerne la gestion de paquets (installations et mises à jour), l’utilisateur devra passer par Pamac. Logiciels, l’équivalent GNOME, n’est malheureusement pas installé par défaut, avec tous les points négatifs que cela implique : les recherches directement depuis le shell ne sont pas permises, les notifications utilisent encore l’ancien tiroir de messagerie, il n’y a aucune mise en avant des applications utilisateur, les descriptions sont plutôt succinctes, il n’y a pas de captures d’écran… Mais rassurez-vous, l’application est tout de même disponible dans les dépôts. Qu’elle ne soit pas installée par défaut est simplement préjudiciable pour l’expérience utilisateur des nouveaux venus.

Nous noterons également qu’avec la mise à jour du 24 août et la toute nouvelle version 2.4.0 de Pamac, le dépôt communautaire AUR n’est désormais plus activé par défaut.

Et pour conclure sur une note plus positive, la lecture de médias utilisant des formats propriétaires est pleinement fonctionnelle.

Environnement

Manjaro GNOME 0.8.13.1

Il s’agit du tout dernier GNOME 3.16.2, accompagné du navigateur Firefox 40.0.2, de la suite bureautique LibreOffice 4.4.5 (Manjaro préférant rester sur la branche Stable plutôt que sur Evolution, qui est plus à jour mais potentiellement moins stable), ainsi que la quasi-totalité des applications GNOME. Hormis Logiciels, Machines et Web, elles semblent toutes présentes, et aucun autre ajout ou remplacement n’a été effectué.

Les seules exceptions étant le greffon Flash, ainsi que le client Steam, tous deux propriétaires, et dont la pré-installation du second reste toujours aussi problématique, quand il suffirait que les joueurs intéressés l’installent depuis les dépôts.

Niveau personnalisation, hormis le fond d’écran Manjaro, on reste sur une configuration qui se veut la plus proche possible de ce que souhaite le projet GNOME. On retrouve donc le thème officiel Adwaita (aucun autre thème n’est pré-installé), et les différentes options par défaut ne semblent pas avoir été modifiées.

Conclusion

Lors de mon précédent test de Manjaro GNOME, j’avais été confronté à plusieurs problèmes qui auraient aisément pu bloquer et décourager nombre de débutants. Mais avec cette nouvelle version, sans aller jusqu’au sans-faute, l’expérience est incroyablement plus positive. L’installation et les nombreuses mises à jour n’ont posé aucun problème, l’installation du dernier noyau stable ou des pilotes propriétaires est grandement simplifiée, et nous retrouvons un GNOME vanilla plutôt propre et complet.

Tout juste pouvons nous regretter que les différents choix de l’utilisateur durant la phase d’installation ne soient pas répercutés dans les paramètres de GNOME; que l’assistant de première utilisation de GNOME ne soit pas lancé, ou qu’une application telle que Logiciels, qui occupe pourtant une place de plus en plus importante chez GNOME, ne soit pas pré-installée.

Hormis ces quelques détails, cette version de Manjaro GNOME demeure un excellent cru, que nous pouvons sans problème conseiller.

GUADEC 2015

Crédit : Garrett LeSage

Après Strasbourg l’an passé, GUADEC 2015, la conférence européenne annuelle des utilisateurs et développeurs GNOME, s’est tenue cette année du 7 au 12 août dans la ville suédoise de Göteborg.

L’occasion pour les différents développeurs, traducteurs, designers… présents aux quatre coins du monde, de se rencontrer, d’assister à des conférences et des hackathons, ou plus simplement de discuter de l’avenir du projet.

Niveau conférences, on peut citer celles concernant l’ordinateur, une espèce en danger en tant que machine universelle, les dernières avancées de PulseAudio et GStreamer, l’adaptation de GNOME pour une utilisation dans les pays en développement, le défi pour GNOME 3 que représente une utilisation en entreprise, la création des vidéos qui accompagnent les sorties de GNOME, le rendu côté client des cartes avec MapCSS, l’intégration de LibreOffice avec Gnome Documents, la migration de LibreOffice vers GTK+ 3, la belle relation entre GNOME et ownCloud, l’utilisation d’applications dans des sandbox, une introduction à Tracker, l’internationalisation et la régionalisation de GNOME… et bien plus encore.

Les différentes conférences ayant été filmées, vous pouvez retrouver les vidéos, en anglais et sans sous-titres, sur le site officiel. Une page du wiki référence également quelques albums photos.

Quant aux réunions informelles (BoF) et autres hackathons, les principaux sujets furent Boxes, Builder, Coala, GTK+, les extensions GNOME Shell, PulseAudio, Wayland, Rust/GI, la documentation et les traductions, ainsi que GNOME.Asia .

De nombreux participants ont également blogué sur le sujet :

Sortie d’un thème Arc pour Firefox

Il y a quelques mois, je vous parlais du thème Arc, qui remporta son petit succès. Son auteur, qui continue de peaufiner son thème, ne s’est pas arrêté en si bon chemin et vient de sortir un thème pour Firefox. Et tout comme le thème GTK+, ce dernier est disponible en trois variantes (classique, plus sombre et sombre) :

Les trois variantes du thème Arc pour Firefox

L’installation s’effectuant quant à elle depuis un fichier .xpi disponible sur le site officiel.

Firefox avec le thème Arc

Correction d’un vieux bug du pilote propriétaire nVidia

Les possesseurs de cartes graphiques nVidia utilisant le pilote propriétaire seront heureux d’apprendre qu’un vieux bug concernant le gestionnaire de fenêtres Mutter vient d’être enfin corrigé par les développeurs Rui Matos (GNOME) et Aaron Plattner (nVidia).

Le bug, particulièrement agaçant, causait de sévères scintillements et empêchait le contenu de certaines fenêtres de s’afficher ou de se mettre à jour.

Le correctif, inclut dans la dernière version de développement de GNOME 3.18, devrait également avoir droit à des rétroportages vers GNOME 3.14 et 3.16.

La fondation Apache doit-elle reconnaître l’échec d’OpenOffice

Christian Schaller, qui travaille pour Red Hat dans l’équipe en charge du poste de travail, tout en étant un contributeur régulier de GNOME et Fedora, vient de publier une lettre ouverte à destination de la fondation Apache et des développeurs d’OpenOffice, leur demandant de reconnaître l’échec de leur projet.

À l’inverse de LibreOffice et de la Document Foundation, qui surent fédérer une communauté active qui permit de mener de nombreux chantiers et d’avancer à grands pas (importants nettoyages de code, modernisation des technologies utilisées, nombreuses nouvelles fonctionnalités…), les développeurs d’Apache OpenOffice ne réussirent pas à insuffler une dynamique autour de leur projet, dont le développement est bien moins actif.

Aujourd’hui, l’existence même d’Apache OpenOffice n’apporte que confusion chez les utilisateurs, qui ne connaissent généralement pas l’historique des deux projets, et ne savent pas lequel choisir. Christian demande donc à ce que les visiteurs du site web d’OpenOffice.org soient clairement avertis qu’il est désormais préférable de récupérer LibreOffice, seule suite bureautique libre à même de leur offrir la meilleur expérience possible.

GNOME vient de fêter ses 18 ans

Joyeux 18ème anniversaire
Le projet fut fondé le vendredi 15 août 1997 par deux étudiants mexicains, Miguel de Icaza et Federico Mena Quintero, dont le but était de produire un environnement de bureau entièrement libre, élégant et simple à utiliser.

Vous pouvez relire l’annonce originelle de Miguel sur les listes de diffusion, et si vous souhaitez vous aussi lui souhaiter un joyeux anniversaire, il existe le hashtag #HappyBirthdayGNOME.

Malheureusement, n’ayant pas réussi à virtualiser convenablement une vieille Debian 3.0 dans le but d’effectuer une capture d’écran d’un vieux GNOME 1.4 pour l’inévitable moment nostalgie, nous devrons nous contenter d’un GNOME 2.14.3 fourni par une Debian 4.0. D’où l’intérêt de penser à importer des captures de temps à autre sur Wikimedia Commons ;)

Debian 4.0 avec GNOME 2.14.3

Que de chemin parcouru ;)

Joyeux anniversaire, GNOME ♥

Prise en charge d’AppStream par Debian / Kubuntu

Logiciels 3.16

Bonne nouvelle pour les utilisateurs de Debian (unstable), Kubuntu et Tanglu, Matthias Klumpp vient d’annoncer que la prise en charge d’AppStream était bien avancée et devrait être officiellement annoncée lors de la DebConf15, le rendez-vous annuel des développeurs Debian qui se tient cette année du 15 au 22 août 2015 à Heidelberg, en Allemagne.

Pour rappel, AppStream est la spécification Freedesktop permettant le partage des méta-données des différentes applications entre les distributions (descriptions, adresses des sites officiels, captures d’écran, licences…), qui peuvent être ainsi réutilisées par les différentes logithèques (Logiciels sous GNOME, Muon Discover sous KDE…), tout en évitant la duplication d’efforts.

Matthias a également prévu de donner une conférence le 16 août pour expliquer ce que peut apporter AppStream à Debian (installation d’applications, mise à jour du système, mais également la mise à jour des firmwares UEFI…), tout en décrivant tout ce qui a déjà été accompli pour sa prise en charge.

Le futur de la distribution d’applications sous GNU/Linux devrait également y être abordé. Actuellement empaquetées par les différentes distributions, les applications devraient, à terme, pouvoir être distribuées par les développeurs eux-mêmes en employant le sandboxing (au travers de technologies telles que Limba et Xdg-App) pour qu’elles soient parfaitement isolées du reste du système.