Sortie d’Ubuntu GNOME 15.04

Installation d’Ubuntu GNOME 15.04

La dernière Ubuntu GNOME est sortie le 24 avril dernier, mais comme je ne porte pas particulièrement Canonical Ltd. et Ubuntu dans mon cœur, et qu’il n’y a finalement pas grand-chose à dire sur cette distribution, je n’ai pas jugé utile d’en faire un test approfondi.

Installation

L’installation se déroule sans problème. Ubuntu a longtemps excellé dans ce domaine, mais de nos jours, on retrouve désormais le même type d’installeur, tout aussi simple et ergonomique, sur un certain nombre d’autres distributions. Mais ça fait bien son boulot, et c’est bien là le principal.

Notons qu’après avoir choisi la langue souhaitée, dès le deuxième écran, on nous propose de cocher deux cases, pour télécharger les mises à jour pendant l’installation, mais surtout, pour installer un certain nombre d’éléments propriétaires (Flash, codecs multimédia, pilotes de périphériques pour cartes graphiques et Wi-Fi…), dans le cas où vous souhaiteriez une expérience utilisateur la plus fonctionnelle possible, sans avoir à batailler par vous-même.

Système

La distribution est livrée avec le noyau Linux 3.19.0, ainsi que systemd 219. Au niveau des pilotes de périphériques propriétaires, depuis le shell de GNOME, que vous recherchiez driver ou pilote, l’outil pour installer facilement des pilotes additionnels vous sera bien proposé, ce qui est une bonne chose. Par contre, au niveau du gestionnaire de paquets, c’est la vieille logithèque Ubuntu qui est proposée, et non Logiciels, que je trouve pourtant bien plus ergonomique.

Et c’est d’ailleurs une des raisons qui fait que je n’aime pas Canonical, qui a développé une logithèque qui ne peut être utilisée que par Ubuntu, comme à peu près tout ce qu’ils font. Et je ne parle pas uniquement du logiciel en lui-même, mais de toutes les données qui lui sont nécessaires (descriptions, captures d’écrans, notations…). Heureusement que Debian, Red Hat, GNOME, KDE… ont travaillé de façon conjointe pour créer la norme AppStream, dont les fichiers AppData seront fournis en amont, avec les sources des différentes applications. Ce qui permettra au final, de pouvoir être repris par toutes les logithèques (Logiciels sous GNOME, Muon sous KDE…), et ce, peu importe la distribution utilisée.

C’est tout de même mieux de jouer en équipe, de collaborer et de faire progresser le logiciel libre dans son ensemble.

Environnement

Il s’agit d’un « vieux » GNOME 3.14.4. Le bon point, c’est qu’après plusieurs versions à ne proposer que des applications GNOME d’un autre âge, hormis Contacts et GNOME Bluetooth qui sont étrangement restés en version 3.8, toutes les autres applications ont bien été mises à jour en version 3.14.

Néanmoins, bien que disponibles depuis la logithèque, un certain nombre d’entre elles ne sont pas installées par défaut : Horloges, Logiciels, Machines, Musique, Photos, Web… sont ainsi manquantes.

Vous aurez par contre droit au navigateur Firefox 37.0, le client de messagerie Evolution 3.12 (même si, à défaut de Geary, j’aurai sans doute préféré Thunderbird), la suite bureautique LibreOffice 4.4, le client de messagerie instantanée Empathy 3.12, le lecteur de musique Rhythmbox 3.1 et le gestionnaire de photos Shotwell 0.20.2

Au niveau du thème, c’est Adwaita, l’officiel de GNOME, qui est présent par défaut. Y compris pour le fond d’écran. Pour ceux qui préfèrent tout de même quelque chose de plus coloré, le thème Numix et les icônes Humanity sont également pré-installés. Le changement pouvant s’effectuer depuis l’Outil de personnalisation.

Conclusion

Puisque il ne s’agit pas d’une version LTS avec support long (il n’est que de neuf mois ici), et qu’elle n’a qu’une vieille version de GNOME à proposer, j’ai bien du mal à trouver un quelconque intérêt à cette Ubuntu.

Le seul auquel je pense, et je trouve bien triste qu’on en soit arrivé là, c’est que la plupart des gens n’aiment pas avoir trop de choix, et tout le monde s’est mis à installer la même chose.

Maintenant, à force de voir les médias ne parler que d’Ubuntu, de voir les éditeurs de logiciels propriétaires ne supporter qu’Ubuntu (paquets souvent disponibles uniquement pour Ubuntu, Steam qui ne liste qu’Ubuntu dans les configurations requises…), de voir les fabricants confondre Linux et Ubuntu, fait qu’au final, ça sera sans doute avec Ubuntu que monsieur tout le monde aura le moins de problèmes.

Donc voilà, si vous adorez les jeux et autres applications propriétaires, et que vous souhaitez un environnement un peu moins vieux que ce qui était présent dans la version LTS (pour rappel, GNOME 3.10.4), alors cette Ubuntu vous conviendra sans doute. Pour les autres, on trouve bien mieux ailleurs.

10 réflexions au sujet de « Sortie d’Ubuntu GNOME 15.04 »

    1. Malheureusement, la distribution idéale n’existe pas. Je dirais que tu as deux choix possibles, Debian ou Fedora :

      La toute nouvelle Debian stable avec GNOME 3.14, si tu souhaites quelque chose de vraiment stable et solide, qui ne te fera pas de mauvaises surprises à chaque mise à jour, et avec laquelle tu seras tranquille pour les cinq ans à venir. Par contre, hormis le navigateur qui devrait être mis à jour une fois par an, pour chaque nouvelle version ESR de Firefox, l’environnement et le reste des logiciels ne seront plus mis à jour, jusqu’à la sortie de la prochaine Debian stable (pour mémoire, cette nouvelle Debian est passée de GNOME 3.4 à 3.14)

      Ou Fedora, qui propose la meilleure expérience utilisateur en ce qui concerne GNOME, et qui est mise à jour plus régulièrement (pas de calendrier fixe, ça va de six mois à un an). T’auras bien droit à chaque nouvelle version de GNOME, mais c’est donc forcément moins testé que Debian, et avec donc plus de problèmes potentiels.

      L’un comme l’autre, ne sont pas fans des logiciels non libres, qui ne sont pas présents par défaut. Il faut donc activer des dépôts dédiés, et installer certains paquets, pour pouvoir lire du MP3, consulter des sites en Flash…

      Sinon, reste le cas de Arch, plus facilement installable en passant par des distributions comme Antergos, qui livrent le dernier GNOME par défaut, qui sont toujours à jour… Ce n’est pas prise de tête quand tout fonctionne bien, mais tu n’es pas à l’abri d’une mise à jour problématique. Faut donc voir ce que tu souhaites privilégier. La tranquillité de l’esprit avec Debian, la meilleure expérience GNOME avec Fedora, ou être continuellement à jour.

  1. « C’est tout de même mieux de jouer en équipe, de collaborer et de faire progresser le logiciel libre dans son ensemble. »

    Tout à fait d’accord, et il suffit de voir leur environnement, Unity, qui existe maintenant depuis plusieurs années mais que personne n’a réussi à porter ailleurs que sur Ubuntu.

    « Le seul auquel je pense, et je trouve bien triste qu’on en soit arrivé là, c’est que la plupart des gens n’aiment pas avoir trop de choix, et tout le monde s’est mis à installer la même chose. »

    Là encore je suis d’accord avec toi. Et c’est une des raisons qui fait que j’ai envie de m’installer autre chose que de la base Ubuntu pour changer. Je pense essayer Mageia 5 vu que la rc vient de sortir. (j’avais testé la 4)
    Que pense-tu de GNOME dans Mageia ? Je vais peut-être en profiter pour installer les deux d’un coups (enfin je pense que tu comprends ce que je veux dire).

    1. J’avoue n’avoir encore jamais essayé Mageia, et ne saurais dire s’ils proposent un bon produit, et surtout, s’ils arrivent à se différencier sur certains points.

      En testant Ubuntu, ce qui m’a le plus marqué, c’est à quel point ils n’avaient plus rien pour eux. Désormais, toutes les distros sont simples à installer, et proposent finalement quasiment le même produit. Donc, pourquoi en choisir une plutôt qu’une autre ? J’ai l’impression qu’il ne reste plus que la durée du support, le système de paquets utilisé, et si les sorties se font à date fixe ou en continu (rolling release).

      Alors qu’on aurait pu imaginer une plus-value, comme des thèmes différents et bien conçus (autre que Adwaita ou Numix qu’on retrouve partout), une offre de service en ligne (cloud) pour sauvegarder tous les paramètres système et pouvoir synchroniser ses fichiers, l’installation et la pré-configuration de certains logiciels pour proposer plus de possibilités (couleurs sur les dossiers, recherche par tags…)

      C’est bien de proposer une expérience vraiment fidèle à ce que souhaite GNOME, mais s’ils font tous pareil, autant se limiter à Debian, Arch ou Fedora.

  2. Même si je n’ai pas encore une grande expérience des autres distros que Ubuntu, je suis assez d’accord avec ce que tu dis sur lui.

    Sauf pour :
    « Donc, pourquoi en choisir une plutôt qu’une autre ? J’ai l’impression qu’il ne reste plus que la durée du support, le système de paquets utilisé, et si les sorties se font à date fixe ou en continu (rolling release). »
    Oui, je rajouterai juste aussi savoir si derrière la distribution il y à juste un groupe informel, une association ou une entreprise, savoir comment est la documentation et la communauté, comment est la philosophie du projet car contrairement au propriétaire, c’est un aspect important dans le libre.

    Pour ta dernière phrase, oui et non, un peu pour ce que je dis juste au-dessus. Et aussi parce qu’on peut vouloir utiliser GNOME parce qu’on l’aime et avoir envie de l’utiliser sous (par exemple) Mageia et pas sous Fedora/Arch/Debian pour les raisons que je développe au-dessus par rapport aux différences des distributions.
    ;)

    Je pense passer à Mageia 5 quand la version finale sera sortie (on est à la rc là), et j’hésite à prendre KDE ou GNOME que je n’ai jamais encore testé un minimum de temps (et hors de live et de virtualisation), pour l’instant je n’ai testé/utilisé que xfce/lxde/cinnamon et j’ai envie de vraiment testé un minimum un des deux (ou les deux à voir, mais je n’en installerai qu’un seul et je ne bougerai pas 2 jours après), je peux me permettre de tester ces deux-là mon ordi est un d’occaz mais à 4go de ram. Tu me conseille de tester lequel en 1er ? (sachant que je sais que tu es plutôt GNOME et que je suis assez ouvert, en gros même si ça me changerai ça ne me dérangerai pas de changer mes habitudes quelques temps et voir si ça me plaît/convient). :-)

    1. Je n’ai jamais testé LXDE, et connaît très mal les deux autres. De loin, Xfce a l’air sympa, mais le développement n’est pas super rapide. Ils avaient mis plusieurs années à sortir la dernière version. Ça semble néanmoins bien faire son boulot, et satisfaire ceux qui n’aiment pas les changements trop brusques XD

      De l’autre côté, le développement de Cinnamon m’a l’air beaucoup plus actif, tout en s’appuyant sur des technologies plus modernes. Cinnamon est par exemple basé sur GNOME 3, tout en proposant un bureau plus traditionnel, et en ayant forké quelques applications, pour y ajouter plus de fonctionnalités. Mais bon, encore une fois, connaissant très mal ces projets, c’est vraiment l’idée que je m’en fais, vu de loin.

  3. Cinnamon est pas mal (pour l’avoir testé en dur quelques temps sous Linux Mint 17.1 Cinnamon), il est effectivement moderne, personnalisable (sur ce point j’ai presque l’impression que Cinnamon devient le « kde de gtk » petit à petit, car je suis son développement sur le segfault de linux mint : http://segfault.linuxmint.com/ ), c’est vrai qu’il à un développement plutôt actif et il est d’ailleurs maintenant inclus/disponible pour la plupart des distrib.
    xfce et lxde/lxqt sont plus léger, regarde simplement la page wikipédia de ces 3-là et tu verras en quoi ils consistent (leurs buts et manières de faire sont différents). ;)
    Pour xfce, c’est vrai que son développement est lent mais comme tu dis il fait bien son job, est léger, personnalisable, et effectivement moins moderne que Cinnamon (personnalisable moins facilement sur certaines choses du coup ou un peu moins de possibilités sur certaines petites choses).
    Pour Mageia, j’ai télécharger la 5 RC (https://blog.mageia.org/fr/2015/04/26/tout-vient-a-point-a-qui-sait-attendre/) je vais la testé en virtualisation et dans l’installeur on peut installer tout les environnements (après il suffit juste de choisir au démarrage de session) donc je vais me tester un peu tout ça……

  4. Je pense que je vais essayer Manjaro un jour, mais je reste quand même très content de Ubuntu Gnome. L’upgrade de 14.10 à 15.04 s’est passée sans problème et les quelques bugs que j’avais avec 14.10 ont disparu. Le principe d’Arch me plaît mais je n’ai vraiment pas le temps de bidouiller en cas de problème de mise à jour…

  5. Je me nomme sangare j’ai un soucie j’ai installer Gnome 15.04 sans la connexion donc j’ai pas pu installer les codec a l’installation je peux avoir svp le code pour installer via mon terminale? me repondre dans ma boite svp

    1. Il suffit d’installer le paquet ubuntu-restricted-extras. Vous pouvez passer par la logithèque ou, depuis le terminal, utiliser la commande sudo apt-get install ubuntu-restricted-extras

      Vous trouverez plus d’informations dans la documentation Ubuntu.

Répondre à sangare Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *